Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Candidats, vote, rôle : ce qu'il faut savoir sur l'élection du président de l'Assemblée nationale

mardi 11 septembre 2018 à 15:05 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Le nouveau président de l'Assemblée nationale doit être élu ce mercredi. La République en Marche disposant de la majorité absolue, Richard Ferrand est assuré de l'emporter lors du vote dans l'hémicycle. Mode de scrutin, prérogatives... France Bleu fait le point sur ce personnage clé de l'Etat.

Hémicycle du Palais-Bourbon à Paris, avec au premier plan le "perchoir", siège du président de l'Assemblée nationale.
Hémicycle du Palais-Bourbon à Paris, avec au premier plan le "perchoir", siège du président de l'Assemblée nationale. © AFP - Thomas Coex

C'est ce mercredi que sera élu le nouveau président de l'Assemblée nationale, François de Rugy ayant remplacé Nicolas Hulot au ministère de la Transition écologique. 

Au vu de la large majorité dont dispose LREM à l'Assemblée (312 députés sur 577), l'issue du vote à bulletins secrets et l'élection de Richard Ferrand au Perchoir est acquise. Toutefois, trois femmes issues des différents partis de l'opposition briguent également le poste. Comment est élu le président de l'Assemblée nationale ? Quels sont ses pouvoirs ? francebleu fait le point.

Qui est candidat ?

La République en Marche disposant de la majorité absolue (312 sur 577), Richard Ferrand devrait devenir le prochain président de l'Assemblée nationale. Chef de file des députés LREM, il a été désigné par ses pairs lundi, à Tours, avec 64,26% des suffrages. Le député du Finistère a devancé la présidente de la Commission du développement durable Barbara Pompili (29,21%), la députée de l'Isère Cendra Motin (5,15%) et le député du Tarn Philippe Folliot (1,37%).

Dans l'opposition, les députés socialistes ont désigné mardi l'élue de La Réunion Ericka Bareigts candidate. Le groupe Les Républicains (LR) Annie Genevard et La France Insoumise (LFI) Mathilde Panot.

Comment est élu le président de l'Assemblée nationale ?

Comme l'indique le site internet de l'Assemblée, l'élection du président se fait à bulletin secret à la tribune. 

"Si la majorité absolue des suffrages exprimés n’a pas été obtenue aux deux premiers tours de scrutin, au troisième tour, la majorité relative suffit et, en cas d’égalité de suffrages, le plus âgé est élu."

Quels sont ses pouvoirs ?

Quatrième personnage de l'Etat derrière le président de la République, le Premier ministre et le président du Sénat, le président de l'Assemblée nationale est élu pour la durée de la législature. Logé à l'Hôtel de Lassay, une résidence mitoyenne à l'Assemblée nationale, il dispose de nombreuses prérogatives dont certaines sont inscrites dans la Constitution.

Garant de la procédure législative, il est chargé d’organiser le travail parlementaire et de diriger les débats en séance publique. Il ouvre, lève ou suspend les séances. Il détermine l'ordre dans lequel peuvent s’exprimer les orateurs, veille au respect du règlement et de la discipline. C'est également lui qui reçoit les projets ou propositions de loi, les renvoie vers les commissions compétentes et transmet les textes votés aux autorités compétentes.

Comme le précise le site internet de l'Assemblée, le président est aussi consulté par le président de la République dans plusieurs cas (dissolution de l’Assemblée, mise en œuvre des pouvoirs spéciaux de l’article 16) et il détient un droit de saisine du Conseil constitutionnel, dont il nomme trois des membres. Depuis 2008, il peut aussi soumettre pour avis au Conseil d'État une proposition de loi déposée par un député, avec son accord, avant l'examen du texte en commission.

  - Visactu
© Visactu