Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

DOCUMENTS - Ce que l'on sait des frais de déplacement d'Olivier Carré, maire d'Orléans

- Mis à jour le -
Par , , , France Bleu Orléans, France Bleu

Suite à l'article du Canard enchaîné du 12 juin dernier, France Bleu Orléans a pu à son tour consulter l'ensemble des factures de séjours (hôtels, avions, voiture...) remboursées par la Ville d'Orléans au maire, Olivier Carré. Nous en publions une partie.

La facture du Caesars Palace, l'une des factures que France Bleu Orléans a pu consulter
La facture du Caesars Palace, l'une des factures que France Bleu Orléans a pu consulter © Radio France - Christophe Dupuy

Orléans, France

France Bleu Orléans a demandé (le 13 juin dernier) et obtenu de la Ville d'Orléans l'ensemble des documents fournis au Canard enchaîné avant la publication de l'article épinglant les dépenses du maire Olivier Carré. Nous avons épluché ces documents et les avons ensuite confrontés avec les explications données par Olivier Carré lors de sa conférence de presse du 12 juin dernier. Une partie de  ces documents (il y a plusieurs centaines de pages, au total) est publiée par France Bleu Orléans, consultable ci-dessous.

Majestic à Cannes : "c'est moi qui ai payé"

Selon le Canard enchaîné, en mars 2016, Olivier Carré, accompagné de sa compagne et collaboratrice Joëlle Goepfert, "descendent au Majestic à Cannes" dans le cadre d'un salon des professionnels de l'immobilier, le MIPIM. Faux, avait affirmé le maire d'Orléans lors de sa conférence de presse. Selon la facture que France Bleu Orléans a consultée, Olivier Carré séjourne non pas au Majestic, mais durant deux nuits au Marriott de Nice (facture de 448 euros) : il se fait rembourser 120 euros par la Ville, le reste étant à sa charge. A cette occasion, l'élu loue bien une voiture, une Fiat 500 L (montant : 545,25 euros pour deux jours). Quant au Majestic à Cannes, Olivier Carré, interrogé par France Bleu Orléans à l'issue du conseil municipal de ce lundi, reconnaît bien y être descendu, mais à une autre période et avoir pris à sa charge ce séjour, après "je l'ai fait à titre personnel, et c'est moi qui ai, au final, payé cette facture, ce n'est pas la Ville". A-t-elle été présentée, mais refusée par les services de la Ville ? En tout cas, aucune facture du Majestic n'apparaît dans les documents consultés par France Bleu Orléans.

Las Vegas : trois jours, et non pas six

Le Canard enchaîné explique qu'à l'occasion de la signature du jumelage entre Orléans et la Nouvelle-Orléans en 2018, Olivier Carré s'est rendu ensuite à Las Vegas pour le Salon du numérique où, selon le journal, il a séjourné durant six nuits avec Joëlle Goepfert au célèbre Caesars Palace. "J'y suis resté trois nuits et non pas six" avait expliqué Olivier Carré lors de la conférence de presse. Les factures fournies par la Ville démontrent que le maire d'Orléans séjourne du 3 janvier au 7 janvier 2018 à l'hôtel Nopsi à la Nouvelle-Orléans pour un montant de 1146,37 euros (soit 286 euros par nuit), puis arrive à Las Vegas le 7 janvier avant d'en repartir le 10 janvier : il dort bien à ce moment-là au Caesars Palace pour un coût de 1382,41 euros pour trois nuits (460 euros la nuit en moyenne). La facture du célèbre hôtel américain atteste de son départ le 10 janvier. Où va-t-il ensuite ? Interrogé par France Bleu Orléans, Olivier Carré indique qu'il a fait une halte sur le chemin du retour à New-York : "un voyage privé que je vais payer à 100% sur mes propres deniers et qui ne coûte rien à la Ville d'Orléans car je n'y suis pour rien au titre de mes fonctions", explique le maire. Comme en atteste un ticket de parking à l'aéroport d'Orly, le maire rentre bien en France le 14 janvier 2018 et récupère sa voiture à 10h01. Enfin, la Ville d'Orléans remboursera 2316,31 euros pour le vol sur Delta Airlines

Les nuits d'hôtel à Paris : parfois au-delà de 400 euros

Le Canard enchaîné révèle qu'Olivier Carré séjourne régulièrement à Paris et choisit, à partir de 2018, en particulier, l'hôtel Pullman "à des tarifs dépassant parfois les 400 euros". Et le maire d'Orléans, lors de sa conférence de presse d'explications le 12 janvier, a reconnu qu'il se rend en effet dans la capitale pour des rendez-vous "pour représenter ou défendre la Ville d'Orléans" groupés sur deux jours et que parfois, il doit rester le soir à Paris : ces factures d'hôtel dans la capitale, précise l'élu, "représentent 0€ en 2015, 135,25€ en 2016, 6432,09€ en 2017 et 10622,2 euros en 2018". France Bleu Orléans a consulté de nombreuses factures d'hôtel : depuis fin 2016 (principalement entre fin 2017 et fin 2018), Olivier Carré séjourne régulièrement au Pullman Tour Eiffel. Nous avons pris connaissance de trente-cinq nuits dans cet établissement : le tarif varie entre 232 euros et 462 euros le 20 mars 2018 (précisément, quatre nuits dépassent 400 euros). Précisons que ces tarifs incluent le petit-déjeuner. Et que ces séjours à Paris correspondent à des missions (colloques, salons, rendez-vous, conférences...) validées par la Ville, selon les documents consultés par France Bleu Orléans.

Le rôle de Joëlle Goepfert

Interrogé sur sa compagne Joëlle Goepfert, qui est aussi directrice générale adjointe (DGA) de la Ville d'Orléans, Olivier Carré avait démenti l'article du Canard enchaîné. L'hebdomadaire avait écrit que le maire avait promu Joëlle Gopefert à ce "poste de numéro deux des services avec un salaire de numéro un". Faux, avait répondu Olivier Carré, expliquant que son salaire n'avait pas été modifié lors de son changement de poste en 2015 (elle était auparavant directrice de la communication de l'Agglo et directrice de cabinet). A France Bleu Orléans, Olivier Carré indique qu'à l'époque, il a proposé à Serge Grouard, son prédécesseur en partance pour raisons de santé, de la nommer sur un poste de DGA, alors vacant. Ce qui sera ensuite validé par Charles-Eric Lemaignen, alors président de l'Agglo, explique l'actuel maire. Olivier Carré reconnaît que, depuis, Joëlle Gopefert a été augmentée mais refuse de communiquer son salaire.

Et la voiture de fonction ?

Concernant la voiture de fonction, que le maire Olivier Carré aurait fait acheter dès sa prise de fonction en 2015 pour un montant de 46.000 euros selon le Canard enchaîné, France Bleu Orléans a demandé à obtenir la facture et la Ville nous l'a fournie ce mardi 18 juin. Lors de sa conférence de presse du 12 janvier, Olivier Carré avait affirmé que le changement de véhicule avait été effectué en 2017 (une Peugeot 3008) et qu'il avait coûté 38.093 euros. Finalement, à la lecture du document ci-dessous, le véhicule, acheté en juin 2017, coûte 33107 euros hors taxes, soit 39728 euros TTC. Ce à quoi "s'ajoutent des frais incompressibles et inhérents à ce type de véhicule", indique la mairie (gravage avec le logo de la Ville, carte grise, pose d'une sirène de police, forfait livraison...) : au total, ainsi équipé et livré, une fois les démarches administratives effectuées, le SUV Peugeot 3008 est payé 42 236 euros TTC par la Ville. "Ce n'est pas Olivier Carré qui a demandé à changer de voiture et à en avoir une neuve, c'est le service qui gère le parc automobile de la Ville qui l'a fait, c'est la procédure habituelle de remplacement régulier des véhicules", indique le service presse de la mairie.

Une nuit à l'hôtel de Vendôme à Paris

Dans les documents consultés, apparaît également une nuit à l'hôtel de Vendôme le 16 mai 2017, un établissement cinq étoiles dans le premier arrondissement de la capitale, facturée 334,53 euros. Motif invoqué par Olivier Carré : une interview à BFM TV. "Il avait une réunion de l'association France Urbaine la veille qui s'est terminée tard à Paris et était ensuite invité de BFM à 7h45 le lendemain, d'où la nécessité de dormir à Paris", a expliqué la Ville, dans  premier temps ce mardi à France Bleu Orléans. Rectification dans l'après-midi : il n'y avait pas de réunion de France urbaine le 16 mai 2017 mais la nécessité d'arriver tôt le lendemain matin à Paris et donc de dormir sur place, indique la mairie. Notons qu'à ce moment-là, le maire d'Orléans est encore député (LR) du Loiret et a donc droit, à ce titre à une prise en charge de son hébergement à Paris. Il choisit, malgré tout, de se faire rembourser par la Ville une nuit à l'hôtel de Vendôme.  "Il était invité de BFM en tant que maire d'Orléans, pas député", répond la mairie.

Consultez une partie des factures ci-dessous