Infos

Centenaire de François Mitterrand : Louis Mermaz se souvient d'un homme qui "voulait rassembler tous les socialistes"

Par Denis Souilla et Véronique Pueyo, France Bleu Isère mercredi 26 octobre 2016 à 16:06

Louis Mermaz, ancien ministre, président de l'Assemblée nationale, député, sénateur de l'Isère (PS)
Louis Mermaz, ancien ministre, président de l'Assemblée nationale, député, sénateur de l'Isère (PS) © Maxppp -

A l'occasion du centenaire de la naissance de François Mitterrand, ce mercredi 26 octobre, France Bleu Isère vous propose de revenir sur la vie de l'ancien président de la République avec un de ses proches en politique : Louis Mermaz (PS), ancien ministre et parlementaire isérois.

Les mitterrandistes fêtent mercredi le centième anniversaire de la naissance de François Mitterrand, ancien président de la République de 1981 à 1995, c'était à Jarnac (Gironde) le 26 octobre 1916. L'Institut François-Mitterrand mitterrand organise à cette occasion un colloque au musée du Louvre à Paris pour découvrir qui était ce président qui fut élu deux fois sept années à la tête de la France. Parmi les participants à ce colloque, Louis Mermaz, qui fut un fidèle parmi les fidèles, ministre, président de l'Assemblée nationale sous Mitterrand, ancien maire de Vienne, ancien député et sénateur de l'Isère.

"J'ai été associé pendant 40 ans auprès de lui. (...) Il serait très critique devant certaines divisions du Parti socialiste. Lui, sa volonté, cela a toujours été de rassembler les socialistes pour rassembler la gauche et toutes les forces de progrès. (...) C'est comme ça qu'il a gagné en 1981 et en 1988."

— Louis Mermaz, ancien ministre de François Mitterrand

Louis Mermaz : "François Mitterrand était un homme qui voulait rassembler le Parti socialiste

Un président qui n'était pas à l'aise à la télévision

Contrairement aux usages et aux comportements actuels, qui vont très (trop ?) vite, rythmés par l'immédiateté éphémère des réseaux sociaux, François Mitterrand n'a pas toujours été très à l'aise devant les caméras de télévision. Plus habitué à l'éloquence feutrée du Palais Bourbon, l'ancien président travailla néanmoins son style. Louis Mermaz explique qu'à l'époque de De Gaulle, Mitterrand "n'a pas la puissance télévisuelle du général' mais il fera des progrès dans les années qui suivent'.

"Aujourd'hui la télévision est entrée dans les mœurs et les usages. (...) Avec les primaires, l'opinion publique commence à se lasser. Il faut une discrétion certaine parce que si on se livre trop, il y a une désacralisation de la politique. La banalisation des hommes politiques tient au fait que, dans le fond, ils veulent trop ressembler à Monsieur Tout-le-monde et ça c'est un danger dont il faut se protéger."

— Louis Mermaz, ancien ministre de François Mitterrand

Louis Mermaz : aujourd'hui les hommes politiques aujourd'hui veulent ressembler à "Monsieur Tout-le-monde"

À lire aussi : EN IMAGES - François Mitterrand aurait eu 100 ans aujourd'hui

Anne Pingeot, sa compagne, se confie dans un livre

Alors que l'on fête de centenaire de la naissance de François Mitterrand, les éditions Gallimard ont publié, jeudi 13 octobre, deux documents exceptionnels qui témoignent de la longue passion de l’ancien président de la République pour Anne Pingeot. Pour Louis Mermaz, ces deux ouvrages, Lettres à Anne (1962-1995) et Journal pour Anne (1964-1970), "contribuent certainement à mieux faire connaître François Mitterrand, cela humanise sa personnalité."

Aller plus loin : Anne Pingeot, la discrète révélée

Anne Pingeot a choisi de réserver à France Culture et à un historien, Jean-Noël Jeanneney sa seule et unique prise de parole alors que viennent de paraître en librairie le volume de la correspondance que François Mitterrand a entretenu avec elle, Lettres à Anne (1962-1995) ainsi que le Journal pour Anne (1964-1970), tous deux publiés aux éditions Gallimard. Une conversation libre, confiante, passionnante, tantôt joyeuse et tantôt grave, où Anne Pingeot et Jean-Noël Jeanneney parcourent un demi-siècle d’une grande histoire d’amour de la première rencontre jusqu’à la disparition de François Mitterrand.

  - Visactu
© Visactu -

Partager sur :