Politique

Centenaire de Jaurès : Gaël Perdriau et les communistes « fascistes »

Par Léo Tescher, France Bleu Saint-Étienne Loire samedi 5 juillet 2014 à 23:46

Jean Jaurès

En marge d'une cérémonie en hommage à Jean Jaurès, ce 5 juillet 2014, le maire de Saint-Étienne s'en est pris aux Jeunes Communistes de la Loire.

La mémoire de Jean Jaurès était célébrée ce samedi sur la place qui porte son nom à Saint-Etienne. Le maire Gaël Perdriau accueillait Gérard Lindeperg, ancien député de la Loire aujourd'hui vice-président de la Fondation Jean Jaurès, et la flamme Jaurès qui parcourt la France pour ce centenaire. De nombreuses personnalités politiques sont venues écouter les lectures des discours du « martyr de la paix ». L'ancien maire socialiste, Maurice Vincent (PS), était par exemple présent pour assister au discours de son successeur, Gaël Perdriau (UMP). Il faut dire que depuis son assassinat -le 31 juillet 1914-, Jean Jaurès n'a jamais cessé d'inspirer les hommes politique de tous bords. Les derniers en date à s'être réclamé de sa pensée : Manuel Valls, Nicolas Sarkozy, ou encore François Hollande. Même au Front national certains disent s'en inspirer. Pour les Jeunes Communistes de la Loire, présents ce samedi à Saint-Étienne, et qui se revendiquent de la pensée marxiste de Jaurès, ce n'est ni plus ni moins que de la récupération politique .

Jaurès PIF

A la fin du discours de Gaël Perdriau, les jeunes communistes scanderont d'ailleurs "vive le socialisme" , drapeau rouge à la main. Pas vraiment du goût du maire de Saint-Étienne qui ne mache pas ses mots.

« Ce sont des fascistes ! »

Gaël Perdriau, maire (UMP) de Saint-Étienne.

Jaurès PAF

Présent sur place, notre journaliste n'a pourtant constaté aucun drapeau anarchiste présent. Seulement un drapeau de couleur rouge. Sans aucune appartenance politique affichée.

« Ce sont des propos que je désapprouve totalement. Je les ai entendu, ils ont à peine crié "vive le socialisme" »

Jean-Louis Gagnaire, député (PS) de la Loire.

Jaurès ENRO

Choqué par les propos de Gaël Perdriau, les Jeunes Communistes de la Loire se réservent le droit de déposer plainte.