Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Centenaire de la Première Guerre mondiale

Centenaire de l'Armistice de 1918 : hommage en Lozère au dernier Poilu mort au combat

vendredi 26 octobre 2018 à 18:10 Par Saïd Makhloufi, France Bleu Gard Lozère

Le Premier ministre Edouard Philippe a présidé vendredi 26 octobre en Lozère une cérémonie d'hommage à Augustin Trébuchon, dernier Poilu mort au combat de la guerre de 14-18, tué quelques minutes seulement avant le cessez-le-feu du 11 novembre.

Le Premier ministre Edouard Philippe a présidé vendredi en Lozère une cérémonie d'hommage à Augustin Trébuchon, dernier Poilu mort au combat de la guerre de 14-18
Le Premier ministre Edouard Philippe a présidé vendredi en Lozère une cérémonie d'hommage à Augustin Trébuchon, dernier Poilu mort au combat de la guerre de 14-18 © Radio France - SAID MAKHLOUFI

Le Malzieu-Ville, France

La présence du chef du gouvernement à la cérémonie de ce vendredi est le prélude à la longue "itinérance" de près d'une semaine du président Macron, début novembre, sur les terres du nord et de l'est de la France où se tenait le front. Et avant les grandes commémorations du centenaire de l'armistice, le 11 novembre à Paris, en présence de nombreux chefs d'Etats et de gouvernements.  Au Malzieu, petit bourg du département le moins peuplé de France, plusieurs centaines de personnes (presque autant que d'habitants) sont venues assister à cette cérémonie en mémoire d'Augustin trébuchon, un berger lozérien dont le destin cruel est longtemps resté dans l'oubli de l'Histoire. 

Engagé dès 1914

C'est du petit hameau voisin de Montchabrier qu'il était originaire. Tué dix minutes avant le cessez-le-feu, Augustin Trébuchon, engagé dès 1914 et qui avait traversé toute la Grande Guerre et la plupart de ses grandes batailles, n'a pas eu le temps d'entendre le clairon sonner la fin des combats à Vrigne-Meuse (Ardennes), théâtre de l'ultime offensive française, où il repose désormais.  

"Estafette" (une fonction de messager vers les premières lignes particulièrement risquée), ce soldat expérimenté et décoré est chargé de transmettre un message "banal" et sans importance : l'arrivée d'un ravitaillement (en clair, la soupe) à 11h30.  "Depuis six heures du matin le bruit court dans la troupe. Il est officiellement confirmé vers sept heures : un cessez-le-feu doit entrer en vigueur sur l'ensemble du front occidental", a rappelé Bernard Vanel, professeur à Mende et historien local, lors de la cérémonie.  

Date de décès falsifiée

Sur son parcours, "peu avant 11 heures", le coureur Trébuchon tombe soudain, frappé mortellement d'une balle dans la tête, explique-t-il devant une assistance où se trouvent des enfants descendants de la famille du soldat.  

Pour dissimuler ce sort, la date de sa mort sur sa tombe, comme celle de la poignée de soldats morts ce 11 novembre, sera antidatée par l'état-major au 10 novembre. Ce n'est que dans les années 80 que son histoire émergera dans des articles de presse, avant d'être popularisée dans "Putain de guerre !", une BD signée Jacques Tardi en 2010.

Visite du 1er ministre en Lozère

Cérémonie d'hommage à Augustin Trébuchon - Radio France
Cérémonie d'hommage à Augustin Trébuchon © Radio France - SAID MAKHLOUFI