Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Centenaire de la Première Guerre mondiale

Centenaire de la Grande Guerre : pourquoi l’hommage au maréchal Pétain (entre autres) tourne-t-il à la polémique ?

mercredi 7 novembre 2018 à 18:59 Par Faustine Mauerhan, France Bleu

Le voyage itinérant d’Emmanuel Macron sur les traces de la Grande Guerre en cette année de centenaire, a été perturbé, ce mercredi, par une polémique autour du maréchal Pétain. Le président de la République veut lui rendre hommage, samedi, car il le considère comme "un grand soldat" de 14-18.

"L'itinérance mémorielle" d'Emmanuel Macron sur le thème de la Grande Guerre est pertubée par une nouvelle polémique.
"L'itinérance mémorielle" d'Emmanuel Macron sur le thème de la Grande Guerre est pertubée par une nouvelle polémique. © Maxppp -

Déjà marquée par les interpellations de plusieurs Français sur le pouvoir d'achat et le prix du carburant, "l'itinérance mémorielle" entamée dimanche à Strasbourg par Emmanuel Macron et qui se terminera ce week-end par les célébrations du centenaire, à Paris et en présence d'une soixantaine de dirigeants étrangers, a encore été perturbée par une polémique, ce mercredi.  

Cette fois, c’est l’hommage prévu à Pétain, samedi, aux Invalides, qui fait scandale.  

Un hommage "légitime" 

Car, avec les sept autres maréchaux de la Grande Guerre, Philippe Pétain sera célébré lors d'une cérémonie, à laquelle participeront les plus hauts responsables militaires français. En 1916, en effet, Pétain a participé à contenir les troupes allemandes et était devenu le "vainqueur de Verdun". Interrogé, juste avant le Conseil des ministres délocalisé à Charleville-Mézières, sur cet hommage au chef du régime de Vichy pendant la Seconde Guerre mondiale, Emmanuel Macron a donc jugé "légitime" de rendre hommage au maréchal Pétain.

Pour le président de la République, il a été "pendant la Première Guerre mondiale un grand soldat", il fait partie de ceux qui ont "conduit l’armée à la victoire", avant de conduire, a reconnu ensuite le chef de l’État, "des choix funestes" pendant la Deuxième en collaborant avec le régime nazi. 

Le maréchal frappé d’indignité nationale lors de son procès

Des propos qui n’ont absolument pas plu au Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) qui s'est dit "choqué". "La seule chose que nous retiendrons de Pétain c'est qu'il a été, au nom du Peuple français, frappé d'indignité nationale lors de son procès en juillet 1945", a déclaré son président, Francis Kalifat dans un communiqué. 

De même, plusieurs élus, surtout à gauche, ont critiqué les paroles du président. "Pétain est un traître et un antisémite. Ses crimes et sa trahison sont imprescriptibles. Macron, cette fois-ci, c'est trop !", a ainsi dénoncé Jean-Luc Mélenchon. "Rien ne justifie une telle honte", a estimé de son côté l'ex-candidat PS à la présidentielle Benoît Hamon. 

"Je ne pardonne rien, mais je ne gomme rien de notre histoire"

De son côté, l’exécutif a vite tenté de tuer dans l'œuf cette polémique qualifiée de "mauvaise" et "vaine" par le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux.  

À l'Assemblée nationale, et sans citer Philippe Pétain, Édouard Philippe, le Premier ministre, a évoqué l'"exercice difficile, paradoxal" de "penser en même temps à ceux qui ont été glorieux et à ceux qui ensuite ne se sont pas montrés à la hauteur des enjeux de l'Histoire"

Finalement, c’est le chef de l’État en personne qui est revenu sur la polémique, en fin de journée, toujours face à la presse lors d’un déplacement dans l’Aisne. "Vous créez des polémiques tous seuls, mes enfants", a répondu Emmanuel Macron. "Je ne suis pas dans votre bocal. (...) Le maréchal Pétain, quand il a dirigé la France pendant la Seconde Guerre mondiale, a été complice de crimes profonds qui ont été reconnus, et la responsabilité de l'État français a été reconnue. Je l'ai dit, j'ai été très clair sur ce point. (...) Je ne pardonne rien, mais je ne gomme rien de notre histoire", a assumé le président de la République.

Qu'a fait Pétain pendant la Première Guerre mondiale ? - Visactu
Qu'a fait Pétain pendant la Première Guerre mondiale ? © Visactu -