Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Centenaire du Parti communiste français : Dufour et Berlioz, les premiers députés communistes en Isère

-
Par , , France Bleu Isère, France Bleu

Il y a 100 ans, le 30 décembre 1920, avec une majorité importante les délégués du Parti socialiste décidèrent de s'appeler Parti communiste, conséquence de la révolution russe. Le département de l'Isère se prononça dans le même sens et donna au parti ses deux premiers députés.

André Dufour (à g.) et Joanny Berlioz (à d.), les deux premiers députés communistes de l'Assemblée Nationale.
André Dufour (à g.) et Joanny Berlioz (à d.), les deux premiers députés communistes de l'Assemblée Nationale. - Archives de l'Assemblée Nationale et du Sénat

En 1945, le Parti communiste français (PCF) décroche ses deux premiers parlementaires à l'Assemblée Nationale : Joanny Berlioz, un enfant de Saint-Priest, (alors encore en Isère), et le Grenoblois André Dufour. Celui-ci sera réélu jusqu'en 1958, rejoint en 1946 par Paul Billat et en 1951 par Élise Grappe, la 1ère et, pendant longtemps, la seule femme élue député dans le département. C'est l'apogée du parti sous la IVe République.

La défense du monde de la montagne

Après 1958 et le retour du Général de Gaulle, le PCF n'aura plus le même rayonnement en Isère ou ailleurs. Jusqu'en 1967, il ne compte aucun député. Roger Coste de Roussillon et Louis Maisonnat de Fontaine reviennent au Palais-Bourbon, pour un an seulement. Puis Louis Maisonnat y reviendra de 1973 à 1986. Michel Barrionuevo fut son directeur de campagne "sur la loi d'orientation foncière" rappelle-t-il, "on lui doit beaucoup de choses qui ont été faites dans le cadre des Jeux Olympiques de Grenoble. Il mettait constamment en avant le fait que la montagne, c'est avant tout les femmes et les hommes qui y vivent".

Louis Maisonnat fut maire de Fontaine pendant 25 ans et député de la 3e circonscription de l'Isère à quatre reprises..
Louis Maisonnat fut maire de Fontaine pendant 25 ans et député de la 3e circonscription de l'Isère à quatre reprises.. - Archives de l'Assemblée Nationale

Protéger l'agriculture de moyenne montagne et... la Clairette de Die

"En 1967, il va déposer à la chambre un projet de loi qui visera à protéger l'agriculture de moyenne montagne", François Perez, ancien cadre du PCF à Grenoble, "il va aussi développer les stations de sport démocratiques, comme à Lans-en-Vercors" détaille-t-il, avant de citer le député Billat qui, lui "avait déposé un projet de loi pour l'Appellation Contrôlée de la Clairette de Die ! Il défendait les bouilleurs de cru [...] et, autre spécificité, c'est le PC qui a fait élire pour la première fois dans l'histoire du département un conseiller général mineur : Louis Mauberret !" tient-il à rappeler.

Louis Mauberret, ancien maire de La Mure, suppléant de Louis Maisonnat, illustre bien ces militants qui savaient oublier Marx et Lénine au contact du peuple. "Pour la première fois, en 1970, est entré au Conseil départemental un ouvrier, qui a été mineur !" souligne François Perez. 

"J'étais secrétaire fédéral des jeunesses communistes entre 1966 et 1970", explique Charles Rollandin, passionné d'histoire, "je le rencontrais dans son local de la CGT et c'est un gars qui faisait les déclarations d'impôts pour tout le monde : les mineurs, les agriculteurs, même les commerçants ! Il avait une côte sensationnelle ! C'est ce qui fait qu'il a été élu, quoi" se souvient-il.

Le parti aura encore deux députés, Jean Giard en 1986 et Gilbert Biessy de 1993 à 2007.  Ces personnalités vont différer, mais pas enrayer, le déclin du PCF en Isère. À partir de 1981 : l'union de la gauche, la chute de l'URSS et la confirmation que le Goulag et ses millions de morts n'étaient pas le fruit de la propagande capitaliste précipitent le désamour des Isérois pour le parti communiste.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess