Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Centre-Val de Loire : 54 % des habitants ont une bonne opinion de leur maire

-
Par , France Bleu Touraine

D'après un baromètre Odoxa, 63% des Français ont une bonne opinion de le maire. Dans la région Centre-Val de Loire, le pourcentage baisse un peu : 54 %. Plus la commune est petite, plus le maire est apprécié. À Perray en Indre-et-Loire, les résultats de cette enquête se vérifient.

Pour Jean-Pierre Peninon, le maire de Pernay en Indre-et-Loire, si être maire est parfois difficile, ce mandat apporte aussi de la joie.
Pour Jean-Pierre Peninon, le maire de Pernay en Indre-et-Loire, si être maire est parfois difficile, ce mandat apporte aussi de la joie. © Radio France - Thibault Lecoq

Indre-et-Loire, France

Plus d'un habitant sur deux à une bonne opinion de son maire dans la région Centre-Val de Loire. C'est le résultat d'une étude Odoxa pour Radio France et la presse régionale. Le maire est toujours la personnalité politique préférée des Français. 63 % d'entre eux en ont une bonne opinion dans toute la France. Les édiles de petite ville ont plus la côte auprès de leurs administrés que ceux des grandes communes. Jean-Pierre Péninon le maire de Pernay, une commune de 1 500 habitants en Indre-et-Loire, se sent encouragé par ces résultat. "C'est pas mal mais ça pourrait être plus si les gens mesuraient un peu le temps qu'on y passe" assure-t-il. Et de continuer : " c'est un travail à temps plein. _J'y passe au moins 45 heures par semaine_." Il estime que si les citoyens connaissaient mieux les difficultés des maires, le pourcentage d'adhésion pourrait augmenter. 

J'y passe au moins 45 heures par semaine" - Jean-Pierre Péninon, maire de Pernay

Il mentionne un obstacle notamment : le manque de temps et la lenteur de certaines choses. "Entre le moment où l'équipe municipale a l'idée du projet et qu'il se réalise, il faut trois ans. ce type de projet aboutit. Mais vous passez autant de temps pour des petits problèmes de voisinage. Des gens qui vous appellent parce qu'il y a un chien qui aboyé, des grenouilles qui ont coassées. Là, vous y passer du temps et vous n'avez pas de solution", explique Jean-Pierre Peninon. 

Un mandat qui apporte de la joie

Si ce n'est pas facile tous les jours d'être maire, ça reste un mandat qui plaît à Jean-Pierre Peninon. "Les joies que nous avons, il y en a peu, mais il y en a quelques-unes. Par exemple, quand un projet aboutit", raconte-t-il. Il cite notamment la création d'un city stade, d'une maison de santé et la mise en place du Conseil municipal des jeunes. Plus généralement, quand les habitants sont heureux, le maire l'est aussi

Personne ne veut prendre sa place

Si le maire est apprécié, il est loin d'être envié. 84 % des Français n'aimeraient pas occuper le poste. Être maire, ça n'attire pas vraiment les candidats. Dans la région Centre-Val de Loire, seulement 17 % des sondés déclarent avoir envie de devenir maire de leur commune. "Il n'y a pas beaucoup de monde pour prendre la place", considère Jean-Jacques, un pernaisien. Mylène, une autre habitante, ajoute : "je pense qu'un jour, il y aura plus de maire. Certaines personnes ne respectent pas le maire alors que c'est le personnage le plus important de la commune." Un constat que partage totalement Jean-Pierre Péninon : "quand je reçois des personnes un peu mécontentes et que je leur dis 'écoutez prenez ma place', ils me disent non". Pourtant, selon lui, c'est absolument vital d'avoir des citoyens engagés. "Il faut qu'on se batte pour que notre commune reste encore gérée par une équipe municipale, qu'on ne soit pas simplement un bureau d'état-civil qui va enregistrer les naissances et les décès. La gestion municipale est motivante parce qu'on peut encore faire des projets si on a des subventions et une équipe municipale qui peut les mener directement", plaide l'édile. Mais d'après une étude de l'Association des maires de France, un élu sur deux ne va pas se représenter aux municipales de mars prochain.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu