Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Ces députés PS du Poitou ne voteront pas la déchéance de nationalité

mardi 29 décembre 2015 à 17:13 Par Marie-Coralie Fournier, France Bleu Poitou

En pleine polémique sur la déchéance de nationalité, trois députés socialistes du Poitou annoncent déjà qu'ils ne voteront pas la réforme constitutionnelle en l'état : Catherine Coutelle (Vienne), Jean-Michel Clément (Vienne) et Geneviève Gaillard (Deux-Sèvres). Les trois autres sont plus mesurés.

Catherine Coutelle ne votera pas le texte
Catherine Coutelle ne votera pas le texte © Maxppp - Vincent Isore

Poitiers, France

Sur les six députés socialistes élus  dans le Poitou (Vienne et Deux-Sèvres), trois tiennent des propos très fermes contre la déchéance de nationalité pour les binationaux nés français et condamnés pour terrorisme. Ils refusent de voter la réforme constitutionnelle voulue par Manuel Valls et François Hollande, si elle présentée en l'état au Parlement début février.

Trois députés opposés à cette mesure

  • Jean-Michel Clément (Vienne) l'a annoncé sur les réseaux sociaux avant Noël : pour lui, ce projet de déchéance de nationalité n'est pas efficace dans la lutte contre le terrorisme. "Cette mesure ne va pas endiguer les risques d'attentats terroristes" selon lui.

  • Catherine Coutelle (Vienne) dénonce une mesure qui "crée un climat de peur chez les quelques millions de nos concitoyens binationaux". Dans un communiqué, la députée s'interroge : "Faut-il en arriver là alors que cette mesure (...) aura une portée symbolique plus fort en annonce qu'en effets?

  • Geneviève Gaillard (Deux-Sèvres) se dit "choquée" par l'inscription de la déchéance de nationalité dans la Constitution française. Pour elle, ça relève du symbole et "le symbole n'a rien à faire dans la Constitution".

Trois députés sur la réserve

  • Jean Grellier (Deux-Sèvres) est lui plus mesuré. Il ne donne pas encore sa voix, mais ne la retire pas non plus. "Je m'interroge sur l'utilité de cette mesure, qui existe déjà" confie-t-il. "Il vaut mieux renforcer le renseignement et la politique préventive dans les quartiers contre la radicalisation" selon Jean Grellier, qui attend les débats au sein du groupe PS pour décider de son vote.

  • Delphine Batho (Deux-Sèvres) reste en retrait. L'ancienne ministre fait savoir qu'elle s'exprimera à la rentrée de janvier sur ce sujet.

  • Alain Claeys, député-maire de Poitiers, ne se prononce pas pour l'instant. Il attend les débats au sein du groupe socialiste et à l'Assemblée Nationale avant d'annoncer sa décision.