Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ces limousins qui ont côtoyé Simone Veil et qui racontent le souvenir qu'ils en ont gardé.

-
Par , France Bleu Limousin
Limoges, France

Symbole de la défense des droits des femmes avec sa loi sur l'interruption volontaire de grossesse, Simone Veil était aussi une rescapée des camps nazis. Deux épisodes de sa vie qu'elle avait racontés à l'ancien député de la Haute-Vienne Alain Rodet et à un photographe réalisateur corrézien.

Simone Veil s'est éteinte à Paris ce vendredi 30 juin
Simone Veil s'est éteinte à Paris ce vendredi 30 juin © Maxppp - Fernando Alvarado

Parmi les limousins qui ont côtoyé de prés Simone Veil, il y a bien sûr les politiques à commencer par Jacques Chirac qui avait nommé dans son gouvernement Simone Veil, ministre de la santé en 1974 cette fameuse année où elle avait dû faire face à un tollé chez les députés pour faire adopter son projet de loi sur l'interruption volontaire de grossesse. Une violence qu'elle a dû affronter et dont elle parlera encore vingt ans plus tard à Alain Rodet, alors député de la Haute-Vienne mais surtout rapporteur du budget de la santé ce qui l'a amené à rencontrer régulièrement Simone Veil qui était de nouveau ministre de la santé.

"L'épreuve mentale subie en 1974 était encore plus dure pour elle que ce qu'elle avait vécu dans le camp de Ravensbrück", Alain Rodet

Pendant deux ans, au début des années 90, Alain Rodet, membre de la commission des finances a travaillé régulièrement avec Simone Veil. " Lors d'un petit déjeuner au ministère de la santé, elle m'avait parlé de l'épreuve subie et des attaques ignobles dont elle avait fait l'objet en défendant à l'assemblée son projet de loi sur l'IVG" raconte l'ancien député socialiste. "Sur le plan moral le plus dur pour elle ça n'avait pas été Ravensbrück, m'avait elle dit, mais ce débat de 1974, quand des députés de la droite conservatrice s'étaient déchaînés contre elle".

Il a filmé Simone Veil pour qu'elle témoigne sur la shoah

Un corrézien se souvient particulièrement du moment qu'il a passé avec Simone Veil. C'est Philippe Auliac, Reporter photographe , installé prés de Tarnac et qui l'avait longuement interviewée lors d'entretiens avec des survivants des camps de concentration. Il travaillait alors pour le film réalisé par Steven Spielberg pour la fondation de la Shoah. C'était en 1997 et c'est la première fois qu'elle racontait devant les caméras son passé de déportée. "Ce que j'ai ressenti c'est qu'elle était extrêmement seule" raconte Philippe Auliac. "Il a fallu beaucoup de temps à la fondation Spielberg pour qu'elle accepte de témoigner derrière ma caméra pendant plus de deux heures, mais une fois qu'elle a accepté de parler elle s'est livrée sans retenue" et il ajoute que pour elle c'était une sorte de témoignage et de mémoire pour les générations à venir.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess