Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Ces maires du Nord Franche-Comté qui ne se représenteront pas en 2020

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

A quatre mois des élections municipales, les candidatures se multiplient. Mais il y a aussi les maires sortants du Nord Franche-Comté qui savent d'ores et déjà qu'ils ne vont pas se représenter.

Image d'illustration
Image d'illustration © Maxppp - Pierrick Delobelle

Franche-Comté, France

Les 15 et 22 mars 2020, les Français devront élire leur maire. Si dans le Nord Franche-Comté des candidats se sont déjà fait connaître, il y a aussi les maires sortants qui savent qu'ils sont en train de vivre leurs derniers mois à ce poste. 

Parmi ces maires qui ne se représentent pas,  il y a par exemple celui de Giromagny, dans le Territoire de Belfort. Jacques Colin compte trois mandats à son actif dont un de maire. Il assure que ce n'est pas un problème de fatigue: "Fatigué de la fonction non, mais je sais que c'est une fonction qui est lourde." 

Laisser la place aux jeunes

Etre disponible du matin au soir toute la semaine, sans oublier les week-ends, cela demande de l'énergie pendant tout un mandat de 6 ans, ce dont Jacques Colin a bien conscience: "J'aurai 69 ans en 2020. Je me dis que 69+6 ça va faire 75 ans. On n'a plus la même vision lorsque l'âge vient, affirme Jacques Colin. Je souhaite que ce soit des gens plus jeunes qui prennent la direction de la commune de Giromagny."

La disponibilité, l'âge, ce sont aussi des raisons évoquées par Jean Cuynet, le maire d'Exincourt dans le Doubs. En mai prochain, il aura 80 ans. Il est en poste depuis 1989. "Vous ne pouvez être maire à temps complet comme je l'ai été qu'à la condition d'avoir une épouse qui accepte cette situation, autrement ce n'est pas possible, assure Jean Cuynet. Endosser le rôle de maire, c'était sa passion. Mais aujourd'hui, il tourne la page sans aucun regret. Un de ses plus beaux souvenirs restera le contact avec les gens. "Le plus compliqué, ça a été le désengagement pratiquement de l'Etat, les transferts qui se font et il fallait quand même trouver de l'argent raconte Jean Cuynet. Cette année par exemple, ils nous manquaient 620.000 euros, que l'Etat ne nous donnait pas. Mais on a géré quand même." 

La suite

Après tant d'années au service d'Exincourt, Jean Cuynet ne pouvait pas imaginer partir sans désigner une candidate à sa succession. Organiser la suite, c'est aussi un des objectifs du maire sortant de Pérouse dans le Territoire de Belfort. Christian Houille, bientôt 78 ans,  ne se représentera pas après six mandats dont quatre en tant que maire. "Je voudrais être assuré qu'il y ait quelqu'un derrière moi, explique Christian Houille. Donc j'ai contacté quelqu'un. De mon équipe, je sais que quatre personnes, cinq peut-être, se représenteront." Lui aussi garde de bons souvenirs de ces années à la tête de sa commune: "C'est passionnant, fatigant parfois, tout dépend des circonstances, affirme Christian Houille. On a l'impression, le sentiment même, d'être là pour quelque chose, d'être utile", conclut le maire de Pérouse.

Les maires sortants de Saint-Hippolyte dans le Doubs, Serge Cagnon, mais aussi Pierre Rey, maire d'Autrechêne et président de l'Association des maires du Territoire de Belfort ont aussi fait savoir qu'ils ne seront pas candidat à leur propre succession en mars 2020. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu