Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Les élections européennes 2019

Élections européennes : ces Marseillais qui ne savent (vraiment) pas pour qui voter dimanche

-
Par , France Bleu Provence

Selon un dernier sondage Odoxa-Dentsu Consulting, seuls 43% des électeurs ont prévu de se déplacer dans les bureaux de vote. Dans le lot, de nombreux Marseillais, bien incapables de mettre des noms sur les visages des têtes de liste sensées les représenter au Parlement européen.

Des Marseillaises bien incapables de mettre un nom sur les visages des têtes de listes aux européennes
Des Marseillaises bien incapables de mettre un nom sur les visages des têtes de listes aux européennes © Radio France - Sébastien Cabrita dos Santos

Marseille, France

Sur le vieux port de Marseille, les élections européennes sont loin d'être de toutes les discussions. Même les visages des huit principales têtes de liste, à quelques heures du scrutin, semblent encore bien inconnues. Multiplication des listes, désintérêt pour la politique, les raisons de ne pas aller voter dimanche ne manquent pas pour les Marseillais. Il y a aussi ce nombre record de candidatures qui perturbe beaucoup certains électeurs : "Je me sens complètement perdu avec ce nombre de listes", confesse Aziz, déboussolé à l'idée de s'approcher de l'isoloir avec autant de bulletins dans les poches.

"Loin du culte de la personnalité".

D'autres préfèrent se dire qu'il est normal de se perdre dans le labyrinthe bien particulier des élections européennes. Pour une fois, selon Camille, c'est le collectif qui prime : "on va élire des listes de personnes pour siéger au Parlement européen. C'est normal qu'on ne connaisse pas leur visage, _on est très loin du "culte de la personnalité" qu'on peut avoir lors des élections présidentielles_"

L'abstention une nouvelle fois donnée grande gagnante

A en croire le tout dernier sondage Odoxa-Dentsu Consulting, le taux d'abstention devrait s'élever à 57%, dans la moyenne des trois derniers scrutins européens. Mais cette forte abstention sera très disparate selon l'âge des électeurs : les plus âgés, les 65 ans et plus, ne seront que 40% à bouder les urnes, alors que 70 % des 18-34 ans ne devraient pas se déplacer

"Rien n'est fait pour nous intéresser, se désole Eva, étudiante marseillaise de 21 ans. Ils pourraient faire des publications sur les réseaux sociaux, sur Snaptchat ou Facebook, et éviter les débats qui s'éternisent, impossible à regarder du début à la fin avec 30 candidats"