Politique

Chambéry : la ville vend son patrimoine immobilier, l’opposition serre les dents

Par Vianney Smiarowski, France Bleu Pays de Savoie lundi 21 septembre 2015 à 21:20

Place Saint-Léger, à Chambéry
Place Saint-Léger, à Chambéry © Max PPP

La commune de Chambéry (Savoie) met en vente une partie de son patrimoine privé pour renflouer ses caisses. L’opposition municipale ne s’y oppose pas mais elle craint que des bâtiments "emblématiques" de la commune passent dans les mains de promoteurs immobiliers.

Il faut trouver de l’argent pour éponger les dettes. Celles de Chambéry dépassent les 120 millions d’euros selon un audit réalisé en juillet 2014. La ville possède un patrimoine immobilier important, 200 000 mètres carré de plancher soit l’équivalent du patrimoine de la ville de Montpellier. A l’échelle de Chambéry c’est énorme et la vente de certains biens pourrait permettre de trouver trois millions d’euros d’ici la fin de l’année.

Une partie des appartements de la commune, place Saint-Léger, rue Juiverie ou encore rue Saint-Réal et des locaux au covet ont déjà été vendus. Et d'autres appartements ou commerces sont encore à vendre.

Mais, Guy Fajeau, élu de l'opposition craint que la ville vende également des bâtiments qui abritent des services publics utiles à la population. La mairie de quartier Grenette, la mairie de quartier Laurier Villa Jorcin, la salle Jean Renoir, le cinéma Forum, les écoles maternelles Grenouillère, Pablo Neruda ou encore le centre social Combes par exemple à Chambéry le Haut. La raison de cette crainte: ces lieux font partie des vingt-six sites communaux exclus du programme de mise aux normes d'accessibilité.

Pour Guy Fajeau c'est un mauvais signal car le délibéré du conseil municipal du 10 juillet 2015 précise qu’ils ne seront pas remis aux normes "du fait de l’attente d’une décision les concernant" tel qu’une "cession, démolition, ou changement de destination".  "Nous sommes inquiets par rapport à cette évolution et nous aimerions bien savoir quel sort sera réservé à ces bâtiments" dit Guy Fajeau.

"C’est de la pure démagogie" répond le maire Michel Dantin. Selon lui, ces bâtiments ont besoin de travaux plus importants et seront à l'étude plus tard mais il l'assure ils ne seront pas vendus. Selon le maire, les bâtiments à vendre sont des appartements, des bureaux ou des commerces principalement situés dans la vieille ville.