Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Charente-Maritime : visite ministérielle après le passage de la tempête Amélie

-
Par , France Bleu La Rochelle

Emmanuelle Wargon, la secrétaire d'Etat auprès de la ministre de la Transition écologique était en Charente-Maritime pour faire un point après le passage de la tempête "Amélie". Elle a félicité les différents services engagés pour leur bonne gestion de la situation.

Emmanuelle Wargon, la secrétaire d'Etat auprès de la ministre de la Transition écologique était ce vendredi en Charente-Maritime
Emmanuelle Wargon, la secrétaire d'Etat auprès de la ministre de la Transition écologique était ce vendredi en Charente-Maritime © Radio France - Sonia Ghobri

Charente-Maritime, France

La secrétaire d'Etat auprès de la ministre de la Transition écologique, Emmanuelle Wargon était en Charente-Maritime ce vendredi. Elle a débuté sa visite au Centre de secours du SDIS à Saint-Jean-d’Angely pour rencontrer les acteurs engagés dans la gestion de la Tempête "Amélie" et des crues : les agents d'Enedis, les gendarmes, les secouristes, les sapeurs-pompiers, service du département, élus ... 

La tempête "Amélie" a été bien gérée 

Tous ont transmis le même message : les intempéries ont été bien gérées. Fréderic Caron, le directeur des infrastructures du département de la Charente-Maritime a comptabilisé 110 interventions dans la nuit de samedi à dimanche. "C’est beaucoup c’est-à-dire qu’il nous arrive un appel toutes les cinq minutes en moyenne mais c’est classique pour une tempête hivernale. Et c’est trois fois moins Xynthia ou la grande tempête de 1999"

Mais il faut rester vigilant rappelle le contrôleur général Pascal Leprince, directeur du service départemental d'incendie et de secours : "en Charente-Maritime, nous avons des alertes tous les ans. Pour nous c'est un devoir de se préparer, tant mieux s'il ne se passe rien. Mais il faut alerter la population pour que personne ne banalise le risque parce que les intempéries peuvent gagner en intensité et là il faudra faire face".

Nous avons reçu l'appel d'une maman qui arrivait à son terme. Elle se rendait à l'hôpital pour aller accoucher mais elle s'est retrouvée coincée en voiture, dans 30 centimètres d'eau 

Les pompiers ont à eux seuls, reçus 1.300 appels en 24 heures pour des inondations dans des maisons, des bâchages de toitures, des chutes d'arbres ou de fils sur la route. Mais également pour porter secours à une femme sur le point d'accoucher. "A 5 heures du matin dimanche, nous avons reçu l'appel d'une maman qui arrivait à son terme. Elle se rendait à l'hôpital pour aller accoucher mais elle s'est retrouvée coincée en voiture, dans 30 centimètres d'eau, au rond-point du Leclerc à Saintes. _Il y avait aussi sa fille de deux ans dans la voiture. Nous avons pu agir rapidement pour la conduire à l'hôpital dans de bonnes conditions_",  raconte le contrôleur général Pascal Leprince.

Les pompiers restent vigilants quant au risque de crue. "Nous l'avons bien vu ici à Saint-Jean-d'Angély et sur la Boutonne que l'eau peut monter rapidement". 

La secrétaire d'Etat Emmanuelle Wargon a rencontré les pompiers engagés lors des intempéries  - Radio France
La secrétaire d'Etat Emmanuelle Wargon a rencontré les pompiers engagés lors des intempéries © Radio France - Sonia Ghobri

Comment mieux informer la population lors d'intempéries ? 

Le niveau de l'Antenne est monté rapidement également. Le maire de Matha, Wilfrid Hairie n'a pas vu de telles inondations depuis quatre ou cinq ans. Il a expliqué à la secrétaire d'Etat Emmanuelle Wargon les difficultés qu'il a rencontrées pour alerter tous ses administrés. Dimanche, les élus du conseil municipal sont allés sur le terrain pour prévenir les habitants mais ils n'ont pas pu frapper à toutes les portes. "Certains nous ont demandé pourquoi certaines personnes ont été prévenues deux rues plus loin mais pas eux. Ce n’est pas évident, nous étions sur le terrain jusqu’à une heure du matin. Nous avons des alertes mais comment prévenir tout le monde?" Plusieurs solutions ont été débattues avec les maires présents. 

Françoise Mesnard, maire de Saint-Jean-d'Angély a fait part de son expérience, elle a publié neuf bulletins sur sa page Facebook. Selon l'élue, cela a bien fonctionné. D'autres ont proposé les SMS ou le retour des sirènes. Mais certains maires sont sceptiques sur la seconde proposition. Ils craignent que le message ne soit pas suffisamment clair pour le population. Un avis que ne rejoint pas Wilfrid Hairie : "c’est peut-être une solution primaire mais si demain nous généralisons un code clair et connu de tous pour les alertes orange ou rouge, cela peut fonctionner !" Le maire a mis en place un numéro d’astreinte. Ainsi un membre du conseil municipal est toujours joignable.  

Rien n'a été tranché lors de cette réunion avec la secrétaire d'Etat "l'idée serait de combiner toutes ces solutions pour toucher le plus grand nombre", explique Françoise Mesnard.  

Le ministère de la Transition écologique favorable aux projets de retenues d'eau  

La secrétaire d'Etat a également été interrogée au sujet des retenues d'eau de substitution. Cela consiste grossièrement à stocker de l'eau l'hiver pour en économiser l'été. Ces bassines sont réclamées par les agriculteurs mais elles font également l'objet de vives contestations de la part d'associations écologistes dont France Nature Environnement 17. 

Les retenues d'eau si on les fait bien, c'est une bonne mesure. Et c'est une mesure soutenue par le ministère de la Transition écologique et par le ministère de l'agriculture 

Emmanuelle Wargon a exprimé une position claire : "en Charente-Maritime, nous sommes passés de la sécheresse à la crue en peu de temps. Et malheureusement il y a des risques que cela se reproduise l'été prochain. On ne peut pas tout gérer dans l'urgence, il faut anticiper. Et les retenues d'eau si on les fait bien, c'est une bonne mesure ! Et c'est une mesure soutenue par le ministère de la Transition écologique et par le ministère de l'agriculture". La secrétaire d'Etat regrette des "réactions jusqu'au-boutiste" qui mènent  à une "impasse". "La transformation agricole se fera avec les agriculteurs _mais pas avec des agriculteurs que l'on met dans une situation désespérante parce qu'ils n'arrivent plus à irriguer_"

Emmanuelle Wargon, secrétaire d'Etat auprès de la ministre de la Transition écologique

Il faut établir un cahier des charges sur lequel on peut s'appuyer. Sans cela chacun à sa propre définition d'une réserve d'eau, de sa gestion. 

Jacques Brie, vice-président de Charente Nature assure que les associations de protection de l'environnement ne sont pas fermées au dialogue. Toutefois, il faut selon lui instaurer des bases pour débattre. "Il faut établir un cahier des charges sur lequel on peut s'appuyer. Sans cela chacun à sa propre définition d'une réserve d'eau, de sa gestion. Donc comment voulez vous que l'on avance dans ces conditions ?

Signature du contrat de transition écologique à Rochefort 

La secrétaire d'Etat auprès de la ministre de la Transition écologique, Emmanuelle Wargon a poursuivi sa visite ce vendredi à Rochefort pour la signature officielle d'un contrat de transition écologique avec la communauté d'agglomération Rochefort Océan (CARO). 17 territoires français sont engagés avec l'Etat. 

Ce contrat prévoit un million d’euros de financements publics et privés afin notamment de développer l'économie circulaire sur le territoire : en valorisant les déchets plastiques issus des activités de la pêche, de la conchyliculture, en incitant les filières du BTP à réemployer des peintures ou des outils. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu