Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Chasseneuil : François Fillon en réunion publique hier soir au palais des congrès du Futuroscope

-
Par , France Bleu Poitou
Chasseneuil-du-Poitou, France

Alors que l'enquête Fillon se poursuit, le candidat de la droite et du centre à la présidentielle était hier soir dans la Vienne pour répondre aux accusations dont lui et sa famille font l'objet et pour présenter son programme pour la France.

François Fillon à la tribune hier soir lors de sa réunion publique.
François Fillon à la tribune hier soir lors de sa réunion publique. © Radio France - Thomas Bénech

C'est au palais des Congrès du Futuroscope, que les militants et soutiens de François Fillon se sont donnés rendez-vous hier soir pour la venue de leur candidat pour une réunion publique. Ils étaient nombreux à avoir répondu présent. Mais avant le rendez-vous, une manifestation a eu lieu devant le palais réunissant environ une cinquantaine de personnes. Dans ce groupe, des syndicats mais aussi des personnes se présentant comme de simples citoyens. Il y a notamment Maryse, ancienne professeure d'université à Poitiers, présente pour dire son indignation : "je suis outrée de voir qu'au Parlement, pas simplement M. Fillon mais bien d'autres, jouissent de privilèges qui devraient être abolis".

Les manifestants à l'entrée du palais des congrès du Futuroscope. - Radio France
Les manifestants à l'entrée du palais des congrès du Futuroscope. © Radio France - Thomas Bénech

C'est au bruit de coups de cuillères sur les casseroles apportées par les manifestants que les participants à la réunion publique arrivent au Palais des Congrès. Des militants venus d'un peu partout : du Poitou, de Charente-Maritime, de Vendée, etc. Eux sont là pour le programme de François Fillon : "il faut que l'on arrête de parler de sa femme" déclare à notre micro une supportrice du candidat. Cette affaire est "totalement anecdotique par rapport à la situation du pays" renchérit un militant, "la vérité sera dite, et vous serez surpris" ajoute un autre.

Votre présence, elle m'aide à résister aux chocs. François Fillon

Une fois à l'intérieur du palais des congrès, l'ambiance est plutôt électrique. Médias chahutés voire insultés, difficulté à accéder au grand amphithéâtre. Vers 19h30, le sénateur les Républicains Jean-Pierre Raffarin monte à la tribune et commence son discours sur le mode "chauffeur de salle". L'ancien soutien d'Alain Juppé à la primaire endosse le costume de défenseur de François Fillon : "on a besoin de toi" dit-il avant de taper sur la presse. "Nous affrontons une entreprise de démolition, ta résistance est superbe et tu peux compter sur la nôtre" poursuit l'ancien premier ministre. Une vingtaine de minutes plus tard, c'est à François Fillon de prendre la parole et de remercier les politiques là pour cette réunion publique : "votre présence, elle m'aide à résister aux chocs". Face à lui, il y a entre autres l'eurodéputé Elisabeth Morin-Chartier, Bruno Belin, président du conseil département de la Vienne.

Des attaques conséquence d'un "projet qui bouscule le système"

Puis François Fillon d'entrer dans le vif du sujet et d'évoquer l'enquête dont lui et sa famille font l'objet. "Trente-six ans de vie politique, trente-six ans sans jamais aucun problème d'ordre judicaire. Je suis aujourd'hui la cible d'une attaque impitoyable, partiale, 7 jours sur 7, 24h sur 24h, et tout ceci pour des faits anciens, connus, légaux, est-ce que c'est juste ? Est-ce-que c'est équitable ? C'est à vous de répondre, et pas au tribunal médiatique. Je fais appel à votre bon sens, je fais appel à votre liberté de jugement. Je n'ai pas fauté au regard de la loi". Le candidat à la présidentielle mentionne la transparence dont il a fait preuve et attend que ses "concurrents à l'élection présidentielle se montrent aussi clairs". Pour François Fillon, ces attaques sont la conséquence de son "projet qui bouscule le système". Son projet, il en est question lors de son intervention : emploi avec la baisse des côtisations salariales, éducation, formation avec la généralisation de l'apprentissage pour les jeunes, etc.

Les journalistes chahutés, le club de la presse réagit

Dans l'assemblée, on applaudit, on brandit des drapeaux français. A l'issue de son intervention, les soutiens de François Fillon se disent satisfaits de sa prestation. Spectateurs et journalistes quittent le palais des congrès. Des journalistes, chahutés voire insultés par certains militants et militantes mais aussi critiqués par les élus lors de cette soirée. D'où cette réaction dans la soirée du club de la presse de la Vienne : "les journalistes font leur job, sortent des informations et l'essence même de leur utilité est incontestable. Le Club de la presse 86 demande donc aux élus responsables d'arrêter de taper systématiquement sur les médias".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu