Politique

Cherbourg-en-Cotentin : la feuille de route chargée du maire

Par Benoît Martin, France Bleu Cotentin mardi 27 septembre 2016 à 15:47

Rentrée chargée pour le maire de Cherbourg Benoît Arrivé
Rentrée chargée pour le maire de Cherbourg Benoît Arrivé © Radio France - Anthony Raimbault

Le maire de Cherbourg-en-Cotentin faisait sa rentrée politique mardi. Benoît Arrivé qui a listé les priorités de son équipe pour les prochaines années.

C'était le 1er janvier dernier : la création de la commune nouvelle Cherbourg-en-Cotentin, née de la fusion des cinq anciennes communes de l'agglomération. Neuf mois plus tard, la nouvelle collectivité est en ordre de marche et dispose désormais d'une feuille de route claire selon le maire, Benoît arrivé, qui qualifie son projet de "moderne, ambitieux et réaliste, tourné vers l'emploi et l'attractivité". Petit tour d'horizon.

Au chevet du quai Lawton-Collins

Cherbourg est une ville portuaire : c'est dans son ADN. A ce titre, les quais de la ville sont un atout, à condition qu'ils soient mis en valeur, or il reste aujourd'hui au coeur de la ville, un quai à l'abandon. A la fois parking, no man"s land et espace industriel à l'abandon, le quai Lawton-Collins entre le pont Tournant et la Cité de la Mer fait "tâche". La municipalité compte donc reconquérir cet espace. Ca prendra du temps puisqu'une étude sera lancée dans un an. L'objectif, c'est de créer un nouveau quartier en front de mer, avec ses logements, ses commerces et de nouvelles voies de circulation douce. L'aboutissement du projet passera aussi par la démolition confirmée de l'ancien hôtel Mercure.

De la Cité coloniale à la "cité australienne"

C'est l'un des ensembles immobiliers historiques de Cherbourg : la Cité coloniale est aujourd'hui abandonnée, murée, espace d'expression pour les graffeurs. Plus pour longtemps. La démolition des petits collectifs construits sur environ deux hectares débutera d'ici la fin de l'année 2016. Le chantier durera 8 mois. Quelques maisons individuelles seront conservées, pour garder la mémoire de ce site datant des années 30. La ville lancera un appel à promoteurs pour construire sur le terrain libéré, de nouveaux immeubles. Elle envisage d'y accueillir les quelque 50 familles australiennes attendues à Cherbourg dans un an dans le cadre du contrat de commande de 12 sous-marins passé à la France et à DCNS.

Cherbourg-en-Cotentin candidate pour une nouvelle maison d'arrêt

Alors que le garde des Sceaux vient de confirmer la construction à venir de 16 000 places de prison en France d'ici 2025 pour faire face à la surpopulation carcérale, la ville de Cherbourg renouvelle sa candidature à l'accueil d'un centre de détention. Le terrain déjà proposé aux services de l'Etat en 2010 est situé sur la commune déléguée de Tourlaville. Pour le maire, "Cherbourg-en-Cotentin est la seule ville du département à répondre aux critères d'accessibilité, de sécurité et de présence d'un tissu économique suffisant pour envisager la réinsertion des détenus.

La santé, un enjeu d'avenir

La Manche est un désert médical. Jusqu'ici, lorsqu'on évoquait le manque de médecins dans le département, on pensait aux zones rurales. Désormais, les villes sont aussi touchées. D'où l'enjeu pour Cherbourg-en-Cotentin de continuer d'attirer des médecins, et d'offrir à la population l'opportunité de se soigner localement. Dans ce but, la municipalité compte ouvrir un pôle de santé libéral à proximité de port Chantereyne. La structure devrait répondre aux attentes des médecins désireux de travailler en équipe. Et puis la majorité socialiste donne suite à un projet porté par le groupe des élus du Front de gauche : un centre de santé avec cette fois, des médecins salariés et non libéraux est aussi en projet sur la ville.