Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Christophe Castaner à Nîmes : "La responsabilité du ministre de l'Intérieur, c'est de garantir la sécurité publique"

vendredi 23 novembre 2018 à 15:40 Par Sylvie Duchesne et Ludovic Labastrou, France Bleu Gard Lozère et France Bleu

Christophe Castaner était en déplacement à Nîmes ce vendredi matin. Le ministre de l'Intérieur est venu présider la cérémonie de sortie de la 247e promotion d'élèves gardiens de la paix de l'école de police. Concernant le mouvement des gilets jaunes, il en appelle à leur responsabilité.

Christophe Castaner a tenu à rendre hommage aux policiers
Christophe Castaner a tenu à rendre hommage aux policiers © Radio France - Sylvie Duchesne

Nîmes, France

C'est à l'issue de la cérémonie organisée à l'Ecole de police de Nîmes pour la sortie de la 247e promotion d'élèves gardiens de la paix que Christophe Castaner s'est exprimé sur le mouvement des gilets jaunes. En préalable aux questions des journalistes, le ministre de l'Intérieur a tenu à rappeler que 10.000 policiers seraient recrutés pendant le quinquennat d'Emmanuel Macron. Concernant les gilets jaunes, il a déclaré que "manifester était parfaitement respectable, mais que ces manifestations devaient se faire dans le respect de l'ordre public." 

Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur

Il n'y a pas de liberté sans ordre public"

Christophe Castaner a rappelé que demander de déclarer une manifestation, ce n'était pas pour l'interdire. "Ça permet à ceux qui ont été formés ici de garantir la sécurité des citoyens, y compris les manifestants eux-mêmes"

"Demander de déclarer une manifestation, ce n'est pas pour l'interdire"

"À un moment donné , il faudra aussi que les gilets jaunes s'interrogent sur ce qu'ils souhaitent. Ce qu'ils souhaitent, c'est bloquer l'économie du pays, ils l'ont dit, a poursuivi le ministre. Les Français doivent l'entendre, mais le rôle du ministre de l'Intérieur, c'est de garantir la sécurité publique, c'est de garantir la liberté publique." 

Un représentant des gilets jaunes reçu par un conseiller du ministre 

Lors de ce déplacement dans le Gard, un conseiller du ministre a reçu un représentant des gilets jaunes. C'était la première prise de contact officielle entre les protestataires nîmois et le gouvernement. Morgan, c'est son prénom, lui a remis une lettre de revendications. Parmi elles, la suppression de l'augmentation du prix du carburant et une baisse de l'impôt sur le revenu.  

"On est diabolisé dans les médias mais on voulait montrer qu'on avait de véritables revendications."

Morgan, porte-parole des gilets jaunes à Nîmes

L'entrevue a duré une dizaine de minutes. En attendant une éventuelle réponse, le porte-parole des gilets jaunes nîmois a indiqué que le mouvement de blocage des plateformes logistiques des grandes surfaces se poursuivait à Nîmes.