Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Christophe Ferrari : "j'ai une injonction du Préfet" pour rénover le siège de la métropole de Grenoble

-
Par , , France Bleu Isère

Alors que les voix s'élèvent dans l'opposition concernant un projet de rénovation du siège de la métropole de Grenoble estimé à 58 millions d'euros, le président de Grenoble Alpes Métropole Christophe Ferrari explique qu'il n'y a, selon lui, pas d'autres choix.

Un des sujets qui fait le plus de bruit actuellement au sein de Grenoble Alpes Métropole est un projet de nouveau siège qui doit être soumis prochainement, vendredi 29 janvier, au vote des élus. Des élus métropolitains qui sont nombreux à dénoncer le projet. Avec nous le président de la métropole, invité de 7h45 ce lundi matin, revient également sur la question du GHM et de l'offre de transports.

Le bâtiment actuel n'est plus conforme

Concernant la rénovation du siège de la Métropole Christophe Ferrari, explique que "ça fait 22 ans qu'il y a un avis négatif en terme d'utilisation du bâtiment du Forum et ça fait 40 ans que le Forum existe". Le vrai sujet, selon lui, est un sujet "de sécurité incendie, qui fait que tous les petits travaux qu'on a pu faire depuis à peu près 10 ans ne sont plus suffisants". Un souci qui visiblement atteint son paroxysme avec "une injonction du Préfet à faire".

Un problème de place

Un autre argument est celui du manque de place. En prenant de plus en plus de compétences ces dernières années, et, souvent le personnel qui va avec, la Métropole de Grenoble ne peut depuis longtemps tenir au sein du Forum. "Nous occupons 9 sites aujourd'hui, la moitié en location". Ce qui coûte selon Christophe Ferrari : "3 millions d'euros de charges par an". Regrouper les 1 000 agents sur un seul site permettrait d'économiser "2 millions d'euros de charges par an". Le coût total du projet de rénovation du siège est aujourd'hui estimé à 58 millions d'euros. "Ça nous fait un projet de réhabilitation à 2 900 euros le m2, c'est moins cher que le neuf et moins cher que le réhabilité qu'on trouve aujourd'hui dans l'agglomération".

Les demandes de l'opposition

Si Christophe Ferrari détaille la question du financement du projet c'est que c'est évidemment un angle d'attaque de la part de l'opposition, qui craint notamment les dépassements de budgets. Droite, écologistes et République en Marche réclament un report de la délibération prévue vendredi pour "réfléchir". La réponse du président est sans fard : "ça fait 22 ans qu'il y a un avis négatif alors à un moment donné réfléchir c'est bien mais maintenant on a une injonction du Préfet". Il faut donc "mettre en œuvre". Christophe Ferrari ne retirera pas son projet de délibération parce qu'aujourd'hui "c'est une question de responsabilité". "Ce n'est pas pour le plaisir, c'est parce que les agents ont besoin d'être accueillis dans des conditions de sécurité".

La préemption des bâtiments de "la Mut'"

Autre sujet abordé avec Christophe Ferrari : la préemption décidée la semaine dernière des bâtiments du Groupe Hospitalier Mutualiste (GHM) - la clinique Mutualiste, "la Mut'" pour les Grenoblois - racheté dans son fonctionnement par le groupe Doctegestio (devenu AVEC le premier janvier dernier). Pour lui les politiques locaux ne se sont pas assez préoccupés des questions de santé sur le territoire ces dernières années. "_Nous voulions que le GHM reste dans cet esprit mutualiste ou d'économie sociale et solidaire_. Doctegestio est une société commerciale [....] nous préemptons pour reposer le débat" Selon Christophe Ferrari les trois dossiers qui étaient en lice n'ont pas été étudiés de la même façon. "C'est le plus offrant qui a été choisi tout simplement". "C'est ça la santé des Grenoblois ?"

La réduction passagère de l'offre de transport

Quant aux inquiétudes de ceux - associations, politiques, citoyens - qui craignent que la diminution de service des transports en commun actuelle, pour cause de couvre-feu, ne conduise à une réduction plus durable ? "Le grand sujet, pour Christophe Ferrari, c'est d'abord le retour à l'équilibre financier" tant du SMMAG (Syndicat des mobilités de l'aire grenobloise) que de la SEMITAG (Société d'économie mixte des transports de l'agglomération grenobloise), durement éprouvés par des baisses de recettes de billets depuis le début de la crise sanitaire et par l'absence de compensation du versement mobilité par l'Etat. "Vous avez beau vouloir une augmentation de l'offre, si la viabilité financière n'est pas assurée c'est mort" conclut le président de Grenoble Alpes Métropole.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess