Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Christophe Ferrari (PS) : "La pire trahison c'est ceux qui veulent gouverner au chaud avec Macron"

mardi 28 mars 2017 à 8:40 Par Nicolas Joly et Nicolas Crozel, France Bleu Isère

Le maire socialiste du Pont-de-Claix et président de la métropole de Grenoble, Christophe Ferrari, était l'invité de France Bleu Isère ce mardi matin. Il est revenu sur la campagne présidentielle du candidat PS Benoît Hamon et sur les ralliements socialistes à Emmanuel Macron.

Christophe Ferrari, président de la métropole grenobloise
Christophe Ferrari, président de la métropole grenobloise © Radio France - Nicolas Jolly

Grenoble, France

Avec la progression dans les sondages de Jean-Luc Mélenchon et d'Emmanuel Macron, la campagne présidentielle du candidat socialiste Benoît Hamon semble patiner. Le candidat du PS peine à rassembler les soutiens, et ce jusque dans son propre parti, en témoignent le ralliement de Jean-Yves Le Drian au candidat d'"En marche !". Interrogé par France Bleu Isère, Christophe Ferrari, président de la métropole de Grenoble et maire socialiste du Pont-de-Claix, estime que ces défections sont "la pire trahison".

Difficile pour celui qui s'était placé du côté des frondeurs du PS de s'attirer les grâces des membres du gouvernement. Toutefois, pour Christophe Ferrari refuse qu'on ne retienne de son candidat, la seule image d'un frondeur : "Benoît Hamon a fait de belles lois dans le gouvernement de François Hollande". Il défend également le candidat socialiste contre ceux qui le considèrent "trop tendre" : "Je ne crois pas que ça soit un tendre" dit-il, mais plutot un homme ferme sur "ses convictions".