Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Six candidats en lice pour prendre la tête de La République En Marche en Loire-Atlantique

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Loire Océan

Le mouvement fondé par Emmanuel Macron doit désigner un référent départemental en Loire-Atlantique, le cinquième depuis 2016. Six candidats au poste de référent départemental se sont officiellement déclarés : quatre hommes et deux femmes.

Logo du parti La République En Marche
Logo du parti La République En Marche © Maxppp -

Nantes, France

Après la démission, officiellement pour "raisons personnelles", de Valérie Sauviat-Duvert le mois dernier, la République En Marche de Loire-Atlantique n'a plus de référent départemental. La direction nationale du mouvement fondé par Emmanuel Macron en 2016 va donc en désigner un, "probablement à la fin du mois de janvier", indiquent plusieurs sources internes. Il s'agit d'un poste bénévole. 

Six candidats pour un seul poste

Selon nos informations, six candidatures sont officiellement déposées pour le poste de référent départemental du mouvement qui revendique à ce jour 7000 adhérents en Loire-Atlantique. Il s'agit de la nantaise Véronique Stéphan, 49 ans, cadre à Nantes Métropole, ex candidate LREM aux élections sénatoriales de 2017, de la bauloise Isabelle Kerlero, 53 ans, ex assistante parlementaire de la députée Sandrine Josso, du nantais Matthieu Thibault (39 ans, chef d'entreprise, issu de l'UDI), du carquefolien Sébastien Haegel, 35 ans, cadre dans le privé, et du nantais Stéphane Gachet, 46 ans, cadre à la Ville de nantes, qui fut référent départemental par intérim de La République En Marche entre juillet et octobre 2017. Enfin, le nazairien Gérard Guillard, 69 ans, comptable retraité, se présente également.

Pas d'élections internes, mais une désignation par le "QG"

Les candidats ont adressé un texte aux adhérents pour expliquer le sens de leur candidature, mais conformément aux statuts, c'est le "QG", basé au siège du mouvement à Paris, qui décidera. Pas de vote des adhérents donc. Toutefois, la direction de LREM précise en interne : "nous vous invitons à vous rapprocher du comité local le plus proche de chez vous pour participer aux discussions sur les candidatures de chacun. L’animateur du comité local sera alors chargé de faire remonter le ou les noms qui émergeront de ces débats, jusqu’au 16 janvier"

Un parti "miné par les dissensions"

Le candidat désigné aura la charge de stabiliser le mouvement qui a déjà connu quatre référents départementaux depuis 2016 : une source interne ajoute qu'il faudra "relancer le parti, miné par les dissensions internes et les guéguerres", et se mettre "en ordre de bataille pour les élections européennes de mai 2019 et, surtout, les municipales de 2020". Rappelons qu'en Loire-Atlantique, neuf députés sur dix sont membres de LREM et que l'ex député et président de l'Assemblée nationale, François de Rugy, est ministre de la Transition écologique.