Politique

Clashs à répétition entre la ville et l'agglomération de Limoges

Par Nathalie Col, France Bleu Limousin vendredi 16 décembre 2016 à 10:09

Gérard Vandenbroucke, président de Limoges Métropole
Gérard Vandenbroucke, président de Limoges Métropole © Maxppp - Thomas Jouhannaud

Les élus de la majorité municipale de Limoges ont boycotté la session plénière du conseil d'agglomération ce jeudi, pour la deuxième fois consécutive. Les deux collectivités, de bords opposés, s'affrontent cette fois sur la gouvernance de l'office HLM Limoges Habitat.

Les élus de la majorité municipale de Limoges ont une fois de plus pratiqué la politique de la chaise vide hier au conseil communautaire. Ils ont boycotté la session plénière pour la deuxième fois consécutive, estimant que l'agglomération, majoritairement à gauche, continue de mépriser la ville de Limoges composé d'une majorité de droite et du centre. Cette fois, c'est la question de la gouvernance de Limoges Habitat qui a mis le feu aux poudres.

La ville de droite et l'agglomération de gauche se disputent les postes clés

L'office HLM Limoges Habitat va passer sous la responsabilité de Limoges Métropole à partir du premier janvier, comme l'impose la loi. Mais le maire de Limoges n'apprécie pas que la présidence de cette structure, jusque là assurée par une de ses adjointes, soit du même coup transférée au premier vice président de l'agglomération. Emile Roger Lombertie y voit un signe de mépris inadmissible.

" J'aspire à une fin de cette guégerre de cour d'école absolument incompréhensible" - Gérard Vandenbroucke, le président socialiste de Limoges Métropole

Le président de Limoges Métropole se montre excédé par ces nouvelles accusations et cette politique de la chaise vide. Invité sur France Bleu Limousin ce matin, Gérard Vandenbroucke a dénoncé "une obstination qui vire à la monomanie". Il parle aussi d'une "guéguerre de cour d'école incompréhensible et contre productive" sachant que "chaque sujet de discussion devient polémique".

Des clashs à répétition préjudiciables pour la population

Le président de l'agglomération assure qu'il continue de travailler malgré ces clashs récurrents. Il estime toutefois que ces boycotts des élus de la majorité municipale de Limoges peuvent "faire capoter des décisions qui ont des répercussions importantes sur la vie de nos concitoyens", comme le dossier de la RN 147 pour lequel des décisions doivent être prises avant le 31 décembre.

L'exemple du passage en communauté urbaine

Gérard Vandenbroucke en appelle désormais au bon sens pour tenter de renouer le dialogue, avant de se fendre d'un dernier tacle sur l'opposition de la majorité municipale de Limoges qui a empêché le passage de l'agglomération en communauté urbaine. C'est un an de perdu dit-il et ça "fait perdre 10.000 euros par jour à l'agglomération."

Gérard Vandenbroucke, président de Limoges Métropole, réagit aux clashs à répétition avec les élus de la majorité de la ville de Limoges