Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Claudine Frêche sort de son silence et dénonce l'utilisation du nom de Georges Frêche par le RN aux régionales

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

Sa parole publique est devenue rare mais Claudine Frêche n'a pas supporté que le nom de son mari, Georges Frêche, soit utilisé par Frédéric Bort, ancien bras droit du mentor de la région Languedoc-Roussillon, désormais tête de la liste RN dans l'Hérault aux élections régionales.

Claudine Frêche aux côtés de Georges Frêche lors des municipales de 2008 - illustration
Claudine Frêche aux côtés de Georges Frêche lors des municipales de 2008 - illustration © Maxppp - DAVID CRESPIN

Claudine Frêche n'a pas supporté que le nom de Georges Frêche soit mentionné par le candidat RN, tête de liste pour l'Hérault aux élections régionales. Frédéric Bort est l'ancien directeur de cabinet de Georges Frêche lorsqu'il était président de la région Languedoc-Roussillon. Une fonction qu'il revendique aujourd'hui pour se présenter comme "l'homme qui va défendre les gens ordinaires contre les élites parisiennes". Un argumentaire jugé durement par Claudine Frêche qui a fait le choix de parler pour défendre, elle, la mémoire de Georges Frêche dont on vient de célébrer les 10 ans de la mort. 

Dès mercredi matin, à l'annonce de cette candidature, elle a réagi par voix d'un communiqué de presse avant de prendre la parole, "j'ai vraiment sursauté quand j'ai appris cette candidature. C'est scandaleux. Georges Frêche s'est battu contre le Front National toute sa vie. Jamais il n'aura fait d'alliance avec le Front National, toute sa vie politique est marquée par ce trait infranchissable. Il a combattu Jacques Blanc sur son alliance avec le FN, ça lui a coûté la victoire à la région à l'époque.

Georges Frêche doit se retourner dans sa tombe - Claudine Frêche

La veuve de Georges Frêche rappelle les origines familiales de son mari, ancien mentor de la région, "son père était un résistant, capitaine de l'Armée française il s'était engagé dans les maquis de l'Ariège, sa mère, institutrice laïque, bouffe-curée, c'est là dedans qu'il a été élevé. Georges Frêche doit se retourner dans sa tombe." 

Elle dénonce "l'opportunisme politique quel qu’en soit le prix, c'est du pain béni pour ce monsieur et d'être sûr d'être élu en expliquant que Georges Frêche était populiste, mais c'est faux. Georges Frêche n'a jamais été populiste, il était populaire, il y a une grande différence entre les deux mots."

Je peux tout comprendre mais pas le Rassemblement National 

Frédéric Bort met en avant "sa défense des gens ordinaires contre les élites parisiennes". Là aussi, "ce n'est pas vrai", pour Claudine Frêche rappelant le CV de Georges Frêche, agrégé de la faculté de droit, diplômé de l'école de commerce HEC, "quelque part il faisait partie de l'élite intellectuelle mais sa grande force, c'est qu'il aimait les gens et toutes ses actions avaient pour objectif de faire avancer les choses pour eux et pas pour les monter les uns contre les autres."

Claudine Frêche précise qu'elle "n'est pas là pour juger le FN, c'est pas mon rôle, je ne suis candidate à rien. Je ne suis qu'un esprit libre qui dit ce qu'il pense et je ne veux pas que le nom de Frêche soit galvaudé." 

Pour ses enfants et pour moi, c'est insultant

La critique est acerbe, violente, "les gens qui n'ont pas de structure mentale et intellectuelle se retrouvent dans ce genre de dérives. Ce n'est pas le premier, il ne sera sûrement pas le dernier. Je comprends qu'on quitte le PS, qu'on fasse autre chose mais pas de Rassemblement National. Je ne veux pas que ces gens-là se saisissent de la mémoire de Georges Frêche. Je ne veux pas qu'on ternisse ses qualités, même si il avait des défauts, mais ça, tout le monde le sait". 

Claudine Frêche termine l'entretien en évoquant les enfants de Georges Frêche, "pour tous ses enfants et pour moi-même, c'est insultant."

Claudine Frêche dénonce l'utilisation du nom de Georges Frêche par la tête de liste RN dans l'Hérault pour les régionales

Claudine Frêche entend défendre la mémoire de Georges Frêche

Choix de la station

À venir dansDanssecondess