Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales à Clermont-Ferrand - Jean-Pierre Brenas : "je ne me suis jamais senti aussi prêt"

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Jean-Pierre Brenas, élu "Les Républicains" a officialisé ce mardi sa candidature à la mairie de Clermont-Ferrand. Il veut faire de la capitale auvergnate une ville plus propre, plus sûre, en pointe sur la mobilité et mieux gérée. Il s'engage à ne pas augmenter les impôts locaux durant son mandat.

Jean-Pierre Brenas candidat " LR" aux élections municipales à Clermont-Ferrand
Jean-Pierre Brenas candidat " LR" aux élections municipales à Clermont-Ferrand © Radio France - Jean-Pierre de Mongelas

Clermont-Ferrand, France

Cette fois-ci, le conseiller régional LR le jure, il n’a rien laissé au hasard. A commencer par la rédaction d’un livret "Révéler Clermont", présenté en même temps que sa candidature. "Je ne suis pas un professionnel de la politique, mais je fais de la politique en professionnel", explique le dentiste de 61 ans, toujours en activité. Fort de 20 années d’expérience politique, il veut, dit-il, "mettre enfin un terme à 75 ans de gestion socialiste de la ville". Jean-Pierre Brenas souhaite être le maire qui va révéler Clermont-Ferrand. 

Pas d'augmentation d'impôts

Comme le confirme l’intitulé de son livret, le candidat malheureux à l’élection municipale de 2014 explique qu’il travaille avec les plus grands spécialistes sur le chiffrage de son projet pour Clermont-Ferrand. Un projet détaillé en cinq mesures principales. Avec une promesse en préambule, les impôts n’augmenteront pas pendant son mandat. Ce qui implique le renoncement à certains projets comme par exemple la construction d’un grand stade de 30.000 places qui sera réduit à 15.000. 

Jean-Puerre officialise sa nouvelle candidature à la mairie de Clermont-Ferrand - Radio France
Jean-Puerre officialise sa nouvelle candidature à la mairie de Clermont-Ferrand © Radio France - Jean-Pierre de Mongelas

Priorité aux mobilités du futur

Depuis la fusion des régions, Clermont-Ferrand a perdu son attractivité au profit de Lyon. Pour contrebalancer ce déséquilibre, le candidat "LR" souhaite redonner de l’attractivité à l’ancienne capitale régionale. Jean-Pierre Brenas explique que pour Clermont-Ferrand, cette mutation se fera, s’il est élu, sur la thématique des mobilités du futur pour faciliter les déplacements des Clermontois. Pour y parvenir, il faudra s’appuyer sur la navette autonome inventée à Clermont et qui connait un succès mondial. Il s’agit d’un service de navette gratuit en centre-ville pour les personnes âgées, handicapées, et les familles avec des enfants en bas âge. Par ailleurs, les kilomètres de pistes cyclables sécurisées seront doublés et la multimodalité permettra de faciliter les déplacements des Clermontois. 

Ville verte et police armée

Bien sûr, comme tous les candidats, Jean-Pierre Brenas souhaite faire de Clermont-Ferrand une ville verte avec des sentiers urbains et plus d’espaces verts. Sur le plan de la sécurité, le projet du candidat " LR" prévoit de doubler le nombre de policiers municipaux et de les armer. De même il augmentera le nombre de caméras de vidéo-surveillance.

Un nouveau contexte politique

Au-delà de son projet structuré, Jean-Pierre Brenas va devoir s’adapter au nouveau contexte politique et à une situation incertaine. Le nouveau parti présidentiel entre dans le jeu avec Eric Faidy, le candidat de La République en Marche qui, comme Jean-Pierre Brenas, veut tendre la main à tous, au-delà des clivages politiques. Le décès d’Alain Laffont, crédité de près de 11,5% des voix au premier tour des municipales de 2014, rebat aussi les cartes à l’extrême gauche. 

Virer en tête au 1er tour

L’échec du parti "LR" aux dernières élections européennes ne plaide pas non plus en faveur du candidat de la droite qui assume son appartenance au parti « Les Républicains » et ses amitiés pour Laurent Wauquiez et surtout son mentor Brice Hortefeux. Pour se rassurer, ce centriste d'origine rappelle qu’il mène une politique de droite modérée et qu’une élection municipale se joue sur la valeur d’un homme et non pas d’un parti politique. Jean-Pierre Brenas s'est fixé pour objectif d'arriver en tête au premier tour des municipales.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu