Politique

Législatives 2017 : Colette Capdevielle candidate

Par Jacques Pons, France Bleu Pays Basque vendredi 7 octobre 2016 à 18:57

La Bayonaise Colette Capdevielle
La Bayonaise Colette Capdevielle © Radio France - Jacques Pons

La député PS de Bayonne a annoncé vendredi son intention de briguer un second mandat dans la 5ème circonscription des Pyrénées Atlantiques.

Colette Capdevielle présentera sa candidature au Parti Socialiste entre le 14 et le 18 novembre prochain. Les militants PS se prononceront ensuite en décembre. Le 18 décembre une convention nationale du PS entérinera les candidatures pour l'ensemble du territoire national. Enfin, élections législatives en juin 2017.

Je n'ai pas envie de laisser les clés du camion — Colette Capdevielle

A propos d'un deuxième mandat "son dernier" Colette Capdevielle affirme : "quand j'écoute la droite, je n'ai pas envie de laisser les clés du camion". Il y a, dit-elle, encore trop de choses à réaliser.

Réformer la 5ème République "à bout de souffle"

La Bayonnaise rappelle qu'elle a le même âge que la 5ème République. Un régime à bout de souffle qu'il faut réformer "ce qui n'est pas mon cas" (rire). La députée sortante pousse pour de nouvelles lois: non cumul des mandats (qu'un élu ne puisse pas siéger dans un organisme consulaire par exemple), un mandat présidentiel unique de 7 ans, renforcer le parlement (supprimer la réserve parlementaire et les privilèges concédés aux conjoints des élus - 10 voyages annuels gratuits à Paris). Colette Capdevielle prône aussi de transformer le Sénat, d'ouvrir de nouvelles formes de consultations citoyennes.

Je pense qu'une catastrophe historique pourrait se produire en 2017 — Colette Capdevielle

Colette Capdevielle candidate pour un deuxième "et dernier" mandat de députée

Un dernier mandat "avant autre chose"

Je peux rassembler jusqu'au centre pour éviter une droite dure et cassante — Colette Capdevielle

Colette Capdevielle déclare "s'inscrire dans une gauche ouverte et optimiste". "Ce serait stupide d'avoir un député anti Basque qui ne porte pas l'EPCI (la future super agglo Pays Basque en fonction à partir du 1er janvier 2017). Pour la député PS la légitimité des nouvelles intercommunalités ce sera l’élection au suffrage universel direct des conseillers communautaires. Une réforme à travailler lors d'un prochain (éventuel) mandat.

Partager sur :