Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Collectivité unique de Corse : grand flou sur les recettes

mercredi 15 novembre 2017 à 21:58 Par Maxime Becmeur et Marion Galland, France Bleu RCFM

Le flou persiste sur la mise en place de la future Collectivité unique de Corse. Le volet financier ne sera pas éclairci avant les élections territoriales des 3 et 10 décembre, aurait indiqué le gouvernement.

Il faudra attendre après les élections territoriales des 3 et 10 décembre pour savoir si le niveau des recettes issues des trois collectivités sera maintenu au sein de la future Collectivité unique.
Il faudra attendre après les élections territoriales des 3 et 10 décembre pour savoir si le niveau des recettes issues des trois collectivités sera maintenu au sein de la future Collectivité unique. © Maxppp -

Corse, France

Il faudra attendre après les élections territoriales des 3 et 10 décembre, pour savoir si le niveau des recettes issues des trois collectivités sera maintenu au sein de la Collectivité unique. La future institution sera effective à compter du 1er janvier 2018.

Plusieurs réunions avaient eu lieu en septembre dernier, entre les élus corses et des représentants du gouvernement, mais elles n'avaient pas abouti. Le ministre en charge des comptes publics, Gérald Darmanin, qui était l'un des interlocuteurs, aurait donc déclaré que la décision ne serait prise qu'à l'issue des élections. Une décision injustifiable. Un scandale même, pour Gilles Simeoni. Le président de l'Exécutif n'accepte pas qu'une telle décision soit subordonnée au résultat d'un scrutin.

La réaction de Gilles Simeoni, le président de l'Exécutif.

"Je pense qu'il y a des pressions fortes, voire une ingérence inacceptable par rapport aux droits des Corses de s'exprimer librement à travers le suffrage universel. C'est une position qui est à la fois étonnante et inquiétante. C'est proprement scandaleux".