Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Combien et quels candidats pour présider la Capi ?

-
Par , France Bleu Isère

C'est ce mardi 7 juillet, à 17h, que se réuniront les 70 conseillers communautaires de la Capi. A l'ordre du jour, notamment, l'élection du président et des vice-présidents.

Le logo de la Capi, communauté d'agglo porte de l'Isère, près de 110.000 habitants.
Le logo de la Capi, communauté d'agglo porte de l'Isère, près de 110.000 habitants. - .

Après le second tour des municipales, dans les communes où cela était nécessaire, c'est en fin de semaine que seront installés les maires, réélus ou nouveaux.  Ce sera le cas vendredi, par exemple, à Bourgoin-Jallieu, Villefontaine ou encore l'Isle-d'Abeau. 

Ce "troisième tour" sera suivi d'un quatrième en quelques sortes puisque suivront les élections des nouveaux présidents d'intercommunalités.  

Ce sera mardi prochain, le 7, par exemple, pour la Capi, l'agglo autour de Bourgoin-Jallieu née en 2007 et qui regroupe aujourd'hui 22 communes pour près de 110.000 habitants. C'est la deuxième plus grosse intercommunalité du département en terme de population, après la Métro grenobloise.

Le président sortant a déjà annoncé souhaiter repartir

A la tête de la Capi depuis 2014, Jean Papadopulo, maire de Four, commune d'environ 1.400 habitants, a annoncé il y a presque six mois déjà qu'il serait candidat à sa succession. Il y a six ans, on se souvient qu'il y avait eu un accord entre élus pour laisser la présidence à un représentant d'une petite commune plutôt que d'une grosse commune. 

Un changement de logiciel puisque c'était jusqu'ici le maire de la ville-centre de Bourgoin-Jallieu qui présidait l'interco. En l’occurrence, il s'agissait du socialiste Alain Cottalorda. Cela s'accompagnait d'un changement de couleur politique car cette jeune agglo, comme la ville-centre d'ailleurs, basculait à droite. 

A Bourgoin-Jallieu, l'envie d'y aller mais...

Pour cette nouvelle mandature, à Bourgoin-Jallieu, plusieurs élus de la majorité sortante qui a été reconduite dimanche soir confiaient qu'ils réfléchissaient sérieusement à présenter un candidat. Mais il semblerait qu'il soit difficile de s'assurer le soutien de communes moyennes comme plus petites. Par exemple, les maires de La Verpillière et de Villefontaine, deux communes qui "pèsent", ont fait savoir qu'ils soutiendraient le président sortant. 

"Il n'y a pas de volonté au final d'aller à l'affrontement", glissait ce lundi un proche du maire de Bourgoin-Jallieu, qui évoque un très probable "renoncement pour l'intérêt collectif". On verra le 7 juillet si c'est effectivement le cas. Bourgoin-Jallieu va discuter sur les délégations pour avoir des postes à responsabilités. 

"La ville-centre a beaucoup de poids, même sans présidence. Elle va avoir des investissements importants, comme la piscine ou le conservatoire", fait remarquer Cyril Marion, divers centre et élu maire de l'Isle-d'Abeau dimanche soir. Il est aussi à la tête d'une "grosse" commune de l'agglo et indique n'avoir "aucune ambition en terme de présidence."

Discussions à venir pour certains élus de gauche

Quant à la gauche, moins bien représentée, elle ne sait pas encore si elle présentera un candidat. Jean-Noël Salmon, deuxième à Villefontaine, doit rencontrer ses collègues berjalliens, également arrivés en deuxième position. "On aimerait pouvoir constituer un groupe d'opposition", fait savoir le socialiste Damien Perrard, rappelant que ce n'était pas le cas en 2014-2020. 

De part et d'autre de l'échiquier politique, plusieurs élus laissent entendre que ce consensus en faveur des petites commune freine parfois cette agglo qui a des enjeux importants à relever en matière par exemple d'emplois ou encore sur le plan environnemental.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu