Politique

Comment les députés d'Indre-et-Loire comptent-ils concilier mandat politique et vie professionnelle?

Par Boris Compain, France Bleu Touraine mardi 20 juin 2017 à 5:30

Daniel Labaronne a été le premier des nouveaux députés tourangeaux à se rendre à l'assemblée nationale, dès lundi midi.
Daniel Labaronne a été le premier des nouveaux députés tourangeaux à se rendre à l'assemblée nationale, dès lundi midi. © Radio France - @Daniel Labaronne

L'UDI Sophie Auconie et les REM Philippe Chalumeau, Fabienne Colboc, Daniel Labaronne et Sabine Thillaye ont tous promis, durant la campagne, qu'ils seraient députés à 100%. Ils vont tous devoir abandonner ou adapter leur vie professionnelle.

Les cinq nouveaux élus qui vont représenter l'Indre-et-Loire à l'Assemblée nationale se glissent peu à peu dans leurs nouveaux habits de députés. Ils doivent notamment se rendre à Paris cette semaine pour faire toutes les formalités au Parlement. Ils doivent aussi adapter leurs vies professionnelles à leurs nouvelles obligations de députés.

Certains abandonnent leur vie professionnelle, d'autres la réduisent énormément

Pour le docteur Chalumeau, par exemple, les ordonnances médicales à Chambray-les-Tours vont céder la place aux ordonnances du gouvernement, à Paris. Philippe Chalumeau ne sera plus que quelques heures par semaine dans son cabinet de médecin généraliste.

"J'ai des patients que je soigne depuis 30 ans, et qui souhaitent que je continue à m'occuper d'eux, donc je pense que je continuerai les consultations une matinée par semaine" Philippe Chalumeau, député REM de la première circonscription d'Indre-et-Loire

La députée du Chinonais, Fabienne Colboc, abandonne son activité de consultante en transition professionnelle.

"Ce sont des choix, c'était le parcours que j'espérais, quand j'ai été candidate, puis investie, puis enfin élue. J'avais déjà réfléchi à mon positionnement, aujourd'hui il est très clair : j'ai vraiment conscience de la responsabilité que les électeurs m'ont donnée, je veux vraiment être à la hauteur, et j'ai vraiment envie qu'ils soient fiers de moi". Fabienne Colboc, députée de la deuxième circonscription d'Indre-et-Loire

Le cas de Sabine Thillaye, à Saint-Cyr-sur-Loire, est plus compliqué : elle arrête les cours d'allemand juridique qu'elle donnait à l'université de Tours. En revanche, elle aimerait rester co-gérante non-rémunérée de sa société de conseil en communication, où travaillent sept personnes. Elle va demander au déontologue de l'Assemblée, et au comité d'Ethique d'En Marche! de donner leur avis, et de se prononcer sur d'éventuels risques de conflits d'intérêts. Sabine Thillaye réaffirme qu'elle veut être députée à 100%.

Le nouveau député d'Amboise, Daniel Labaronne, renonce à son mandat de maire de Bléré. Il restera tout de même conseiller municipal. Il estime qu'il aurait pu être député et maire de ce village de 5.200 habitants, mais il respecte la loi sur le non-cumul.

"J'avais dit à mes administrés que si j'étais élu député, je deviendrais automatiquement conseiller municipal de Bléré. J'assumerai la vice-présidence de la commission du budget, car j'estime qu'une responsabilité politique doit s'ancrer au local. Il est hors de question que j'abandonne Bléré et ses habitants". Daniel Labaronne, député d'Amboise.

Enfin, l'UDI Sophie Auconie arrête son activité de consultante dans le domaine des affaires européennes. Elle reste tout de même conseillère municipale de Tours, pour continuer à siéger à la métropole. Une métropole dont plusieurs villes de sa circonscription font partie.