Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Condat-sur-Trincou : l'ancien et le nouveau maire en ont ras-le-bol

vendredi 5 octobre 2018 à 11:03 Par Noémie Philippot, France Bleu

Le congrès des maires de Dordogne se tient ce vendredi matin sur fond de crise : 17 maires périgourdins ont démissionné depuis 2014. Parmi eux, François Thomas, l'ancien maire de Condat-sur-Trincou. Son successeur, Francis Millaret s'accroche, mais dénonce les mêmes difficultés.

François Thomas (à gauche), maire de Condat-sur-Trincou depuis 2014 a démissionné le 1er janvier 2018. C'est Francis Millaret (à droite) qui a pris la relève.
François Thomas (à gauche), maire de Condat-sur-Trincou depuis 2014 a démissionné le 1er janvier 2018. C'est Francis Millaret (à droite) qui a pris la relève. © Radio France - Noémie Philippot

Condat-sur-Trincou, France

Les maires de Dordogne se réunissent ce vendredi matin pour leur congrès, à bout de souffle. Depuis 2014, 17 d'entre eux ont démissionné. Entre les baisses de dotations de l'Etat, le manque de reconnaissance de leur travail, ou parfois des problèmes de santé ils jettent l'éponge. 

Déjà "fatigué" par le manque de moyens, la perte de compétences, transférées aux communautés de communes, François Thomas a quitté son poste de maire de Condat-sur-Trincou, village de moins de 500 habitants près de Brantôme, le 1er janvier 2018. 

Maire depuis dix ans, ce sont les réactions de certains habitants sur les réseaux sociaux après les inondations qui ont touché la commune au début de l'année qui l'ont poussé vers la sortie. "J'ai été humilié sur les réseaux, ça m'a beaucoup touché. Si ça n'avait été qu'entre personnes, on a l'habitude en tant que maire de se faire remonter les bretelles, mais là j'ai mal pris ce qui se disait, qu'on était bons à rien, qu'on servait à peu de choses." raconte François Thomas. Une décision peut-être précipitée selon lui, mais qu'il ne regrette pas. "Je suis soulagé, c'est surtout ça. Je peux m'occuper de moi et de ma famille, et je ne m'ennuie pas du tout !" 

Le nouveau maire s'accroche grâce aux associations qui font vivre la commune

Après des élections partielles en mars 2018, c'est Francis Millaret, déjà conseiller municipal depuis 2001, qui a pris le relais. Après même pas un an à la tête du village, il dénonce les mêmes difficultés que son prédécesseur : "C'est le manque de finances, de respect, de compréhension qu'on a de notre ministère, déplore-t-il. Il nous reste quoi ? La rubrique des chiens écrasés, du bruit, des mauvaises odeurs ? Que ce qui est négatif sur le rôle de maire !"

S'il tient, c'est grâce aux associations qui animent sa commune : "Il y a des gens quand même qui veulent s'occuper de leur commune, alors essayons, avec les moyens qu'on a, de participer avec eux et de les soutenir." 

Pour Francis Millaret, il est encore trop tôt pour dire s'il voudra continuer en 2020. Cela dépendra beaucoup des moyens que le gouvernement donnera d'ici là au maire pour continuer leur travail.