Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : le 11 mai, un commencement et non un aboutissement, dit Valérie Pécresse sur France Bleu Paris

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Paris

Poursuivre le télétravail après le 11 mai 2020, rendre le port du masque obligatoire dans les transports en commun, équiper les commerçants : ce sont les principales annonces de Valérie Pécresse, présidente d'lle-de-France, invitée de France Bleu Paris ce vendredi matin. Ecoutez son interview.

Valérie Pecresse, présidente de la région Ile de France, en direct sur France Bleu Paris
Valérie Pecresse, présidente de la région Ile de France, en direct sur France Bleu Paris © Maxppp - Romain Boulanger

Valérie Pécresse était l'invitée de la matinale de France Bleu Paris ce vendredi. Elle encourage les Franciliens à rester chez eux après le 11 mai. Elle prévient : il ne faut pas voir le 11 mai comme "un aboutissement", mais comme "un commencement".

"La vie ne reprendra pas comme avant"

Valérie Pécresse, présidente d'IDFM (Ile de France Mobilité) met en garde : "La vie ne reprendra pas comme avant après le déconfinement, ne serait ce qu'à cause des transports en commun qui transportent habituellement cinq millions de voyageurs en région parisienne". 

Elle estime qu'il ne sera pas concevable de rassembler une telle population pour se rendre au travail et incite ceux qui le peuvent à poursuivre le télétravail après le 11 mai. D'autant plus que le trafic ne pourra pas repartir à 100% au moment du déconfinement. La sécurité sanitaire des voyageurs dépendra de la densité des voyageurs au mètre carré. 

Valérie Pécresse est pour le port du masque obligatoire dans les transports 

L'invitée de France Bleu Paris plaide pour le port du masque obligatoire dans les transports publics, sous peine d'amende. "Je demande au gouvernement de le rende obligatoire et permette la verbalisation s'il n'est pas respecté".

Elle ajoute que le syndicat des transports franciliens va demander à ses opérateurs (Ratp, Sncf, Keolis... ) de mettre en place une "politique de nettoyage des rames sans commune mesure avec ce qui se faisait avant". Car "il va falloir que nos transports soient sûrs et, pour cela, prendre un maximum de précaution". 

Valérie Pécresse souhaite également que les usagers puissent acheter dans chaque station des masques et du gel hydroalcoolique.  Entreprises et administrations devront aussi fournir des masques à leurs salariés, estime-t-elle avant d'ajouter que c'est aussi le rôle de l'Etat d'offrir des masques aux demandeurs d'emploi, aux sans-abris et aux élèves qui retourneront à l'école.

Transport : remboursement supplémentaire du pass Navigo de 25€

La présidente d'Ile de France Mobilité annonce un remboursement supplémentaire de 25€ des abonnements de transport annuels et mensuels Navigo, couvrant la période de début mai, en complément du remboursement des forfaits d'avril.

Avec ce remboursement supplémentaire de 25€ destiné aux abonnés mensuels et annuels, cela fera 100 euros au total. Les abonnés Navigo Senior et Imagine R bénéficieront de 12 euros supplémentaires, soit 50 euros au total. Ces abonnés devront se connecter en mai sur une plate-forme dédiée pour se faire rembourser, comme après la grève en janvier. 

Selon Valérie Pécresse, la mesure coûtera plus de 130 millions d'euros à IDFM, un chiffre en hausse en comparaison de son estimation de fin mars qui était de 100 millions d'euros. Les pertes globales pourraient représenter en tout un trou d'un milliard d'euros dans le budget annuel de 10 milliards. Valérie Pécresse en appelle au secours de l'État pour maintenir les finances de l'autorité de transports franciliens.

Pour un retour à l'école différencié le 11 mai

Comment va se dérouler la rentrée scolaire dans les établissements scolaires ? Le ministre de l'Education y réfléchit. De son côté, la présidente de région ne croit pas que l'on puisse faire revenir en cours l'intégralité des élèves : "On ne pourra pas avoir des classes de 30 dans la même salle"

Elle imagine plutôt un dédoublement des classes d'autant plus que "les élèves ne pourront pas non plus être rassemblés dans les transports en commun. Il va falloir organiser des rentrées différenciées. Par exemple les élèves de seconde à 09h00, de première à 10h00, etc..."

Faire rentrer en premier les élèves les plus fragiles

Si la question des priorités pédagogiques relève de Jean-Michel Blanquer, la présidente de région tient néanmoins à donner son opinion : "il faut _faire rentrer en premier les élèves les plus fragiles_, ceux qui ont des difficultés scolaires, ceux que l'on a perdus, qui ont décroché pendant le confinement parce qu'ils n'ont pas pu être aussi bien accompagnés par leur parents que d'autres enfants, ou parce qu'ils n'avaient pas forcément d'ordinateurs à la maison, pas forcément de wifi, d'abonnement illimité". 

Cela concerne 10% des élèves selon Valérie Pécresse qui ajoute que "dans l'enseignement professionnel, les élèves n'ont pas forcément les machines professionnelles pour apprendre".

La région va aussi lancer dans les prochains jours une politique de désinfection et de nettoyage exceptionnel à chaque lycée et va fournir des équipements de protection à tous les agents régionaux qui travaillent dans les lycées. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess