Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Congrès de Versailles | Un député breton En Marche n'y va pas

lundi 9 juillet 2018 à 5:32 Par Pauline Kerscaven, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel

Près de 900 députés et sénateurs sont réunis en congrès, ce lundi, pour entendre le premier bilan d'Emmanuel Macron. Un député breton En Marche, Paul Molac, n'ira pas. "C'est anecdotique" pour le patron du groupe à l'assemblée, Richard Ferrand.

Richard Ferrand, Paul Molac, même parti mais deux visions différentes de la politique du gouvernement.
Richard Ferrand, Paul Molac, même parti mais deux visions différentes de la politique du gouvernement. © Maxppp - Leon Tanguy

Emmanuel Macron candidat l'avait promis aux députés et sénateurs. "Tous les ans, je reviendrai devant vous pour vous rendre compte", disait-il il y a un an au congrès, réuni à Versailles. 

La promesse est donc tenue, les 900 élus des deux chambres sont à nouveau réunis ce lundi pour entendre le bilan de la première année d'Emmanuel Macron président. Il devrait aussi "donner à voir la deuxième année du quinquennat". 

Je veux bien faire les choses mais il faut qu'il y ait du sens - Paul Molac  

Manqueront à l'appel les élus insoumis et quelques francs-tireurs des Républicains et fait plus rare, un député LREM. Paul Molac, élu au premier tour sous l'étiquette En Marche dans le canton de Ploërmel il y a un an, avait des rendez-vous pris de longue date dans sa circonscription. _"_Si c'est juste pour entendre un discours, ça n'a pas un intérêt très important. Que je sois là ou non, je ne vois pas ce que ça va changer."   

Paul Molac est critique par rapport à la politique du gouvernement : "Il a déjà été dit qu'il n'y aurait pas de tournant social ; pour la langue bretonne nous avons eu de mauvaises nouvelles concernant le ñ, le bac, Diwan... Je veux bien faire les choses mais il faut qu'il y ait du sens." 

Pour autant, le député morbihannais ne compte pas rendre sa carte LREM.   

Paul Molac, "un autonomiste autonome" pour Richard Ferrand  

Pour Richard Ferrand, député finistérien et patron des marcheurs à l'assemblée, il n'y a pas de polémique, "c'est anecdotique. Je ne crois pas qu'il y ai là des fractures ou des fissures. Il y a seulement des députés qui pensent que leur singularité vaut mieux que le collectif. Je le regrette, je pense que ça n'est pas très malin mais au fond ça n'est pas très grave." 

Et Richard Ferrand de qualifier Paul Molac "d'autonomiste autonome". "Il fait sa vie", poursuit-il. Réaction de l'intéressé ? "Moi je fais attention aux bretons et je défend les bretons. Je ne lutte pas pour un président ou un parti mais pour tout le monde."