Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Congrès des maires de Haute-Garonne : la ministre tente de rassurer

samedi 6 octobre 2018 à 21:35 Par Théo Caubel, France Bleu Occitanie

Lors du congrès de l'Association des maires de France 31, la ministre chargée des territoires, Jacqueline Gourault, a tenté de rassurer les élus. Elle est notamment revenue sur le projet de fusion entre le département et la métropole toulousaine.

Le projet de fusion entre la métropole et le département était dans toutes les têtes.
Le projet de fusion entre la métropole et le département était dans toutes les têtes. © Radio France - Théo Caubel

Portet-sur-Garonne, France

Rassurer et défendre les réformes du gouvernements, c'est la tâche périlleuse qu'a tenté d'effectuer Jacqueline Gourault, chargée des territoires auprès du ministre de l’Intérieur, auprès des maires de l'Association des maires de France en Haute-Garonne (AMF).

Une mesure était dans tous les esprits, samedi 6 octobre à Portet-sur-Garonne, la fusion possible de la métropole toulousaine avec le département. Le sujet était dans tous les discours. Mais celui de Georges Méric, président du conseil départemental de Haute-Garonne, marquait par sa virulence. 

"Qui va payer ?"

Il faut dire que pour les maires des petites communes excentrées de Toulouse l'inquiétude est grande. "S'il y a une fusion, qui va payer le pôle routier ? On n'a plus d'argent, s'alarme Patrick Beauchet élu de Montesquieu-Guittaut près de l'Isle-en-Dodon. Qui va nous payer les transports scolaires ? Nous avec le conseil départemental, on a besoin d'aide. Et on l'a. Avec la métropole, c'est loin de chez nous et on n'aura plus rien."

Face à ce vent de critique, Jacqueline Gourault a tenu à remettre les choses au clair. "On a un exemple qui est Lyon. Mais ce n'est qu'un exemple. Ce n'est pas le modèle que l'on va dupliquer partout. Cette fusion ne peut se faire que dans le dialogue avec les métropoles, les maires et les départements."

Elle a profité de l’occasion pour rappeler aux maires que les dotations de l'Etat ne vont pas diminuer en 2019. 

"Il faut que la vie politique avance."

Elle est aussi revenue sur la nécessité d'avancer au niveau politique et que les maires sortent de "l'ancien monde dominé par le PS et les Républicains". "Il faut que la vie politique avance. Il faut que les maires entendent d'autres sons de cloches" a-t-elle expliqué.

Quant à son statut de ministre auprès du ministre de l'Intérieur, l'ancienne sénatrice MoDem du Loir-et-Cher est restée floue. Elle a indiqué ne rien savoir quant à un possible élargissement de ses compétences pour remplacer Gérard Collomb.