Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Congrès des Régions de France à Bordeaux : trois questions à Hervé Morin

-
Par , France Bleu Gironde

Le 15ème Congrès de l'association des Régions de France se tient au Parc des expositions de Bordeaux ce lundi et mardi. Dialogue avec l'Etat, coût des fusions et décentralisation, on fait le point avec Hervé Morin, président de la Région Normandie et président de l'association.

Hervé Morin
Hervé Morin © Radio France - maxppp

France Bleu Gironde : un mot d'abord sur l'hommage des français à Jacques Chirac. Etes-vous surpris par l'ampleur de l'émotion ?

Hervé Morin : Non parce qu'en réalité Jacques Chirac ressemblait tellement aux français qu'ils se retrouvent beaucoup dans cet homme. C'était un Gaulliste plus "rad-soc" que de droite. Donc, en quelque sorte, il était à l'image de la France.

La Cour des comptes vient d'épingler le coût de la fusion des régions. On se demande si cela valait vraiment la peine. Où sont les économies promises lors de la réforme ?

Les économies elles viendront progressivement. Toute fusion de toute structure amène toujours des coûts supplémentaires dans un premier temps. Dans le public comme dans le privé. Pour prendre un exemple que je connais bien, celui de ma région Normandie, dès lors que vous avez des régions plus grosses, pour passer des marchés d'énergie vous avez des réductions importantes des prix. Vous faites aussi des économies sur l'ensemble des fournitures. Pour une région comme la mienne ça représente 7 à 8 millions d'euros d'économies. Alors c'est vrai qu'on a été obligé d'harmoniser nos régimes indemnitaires et de procéder à un certain nombre de transformations, mais derrière il y a aussi des décisions comme celle du retour au 1.607 heures de travail. Ça fait qu'on peut réorganiser les services et supprimer un certain nombre de postes. Dès cette année, 2019, on fait des économies.

Le Premier Ministre Edouard Philippe est attendu ce lundi matin au Parc des expositions. Qu'attendez-vous de son discours ?

Nous attendons la restauration de la relation de confiance avec les territoires. Depuis deux ans le gouvernement a trouvé le moyen de se fâcher avec tout le monde. Les débats post-gilets jaunes ont montré le besoin de proximité que nous pouvons incarner. En clair nous sommes à portée de baffes. Quand des habitants de ma région ne sont pas satisfaits ils me trouvent plus facilement qu'un ministre ou un fonctionnaire de Bercy. Les pays européens ont fait le choix d'une plus grande décentralisation parce c'est la possibilité d'adapter les politiques. Donc nous attendons aujourd'hui un acte 3 de la décentralisation pour permettre à notre pays de se transformer et de se moderniser.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess