Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Conseil Métropolitain : une enquête publique unique sur la tour Occitanie et une future zone à faibles émissions actées

jeudi 4 octobre 2018 à 20:37 Par Théo Caubel, France Bleu Occitanie

Lors du conseil métropolitain du jeudi 4 octobre, les élus sont revenus sur le projet de la future tour Occitanie qui rentre dans l'enquête publique sur le projet de réhabilitation du quartier Matabiau. Et ils se sont engagés à la mise en place de zones à faibles émissions de gaz à effet de serre.

Les élus ont profité du conseil métropolitain pour présenter les nouveaux projets de la métropole.
Les élus ont profité du conseil métropolitain pour présenter les nouveaux projets de la métropole. © Radio France - Théo Caubel

Toulouse, France

C'est une première victoire selon les opposants au projet. La tour Occitanie est intégrée à l'enquête publique du projet Toulouse EuroSudOuest qui doit transformer en profondeur le quartier Matabiau. Pourtant, selon le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, cette enquête publique unique a toujours été prévue. "Je crois que cela aurait été préjudiciable pour la lisibilité par le citoyen d'avoir une enquête publique pour la tour et une autre enquête publique pour l'aménagement général du projet."

La tour Occitanie futur enjeu de la prochaine élection municipale ? 

Mais pour l'opposition notamment le groupe Europe écologie les verts, cette enquête va retarder la construction de la tour. Selon eux, le dépôt du permis de construire ne pourra pas se faire avant septembre 2019. De quoi repousser la date de la pose de la première pierre assez loin pour faire de ce futur gratte-ciel de 150 mètres de haut un enjeu de la future élection municipale de 2020.

Le futur gratte-ciel doit être construit à la place de l'ancien tri-postal.  - Radio France
Le futur gratte-ciel doit être construit à la place de l'ancien tri-postal. © Radio France - Théo Caubel

Car le projet ne laisse pas de marbre les toulousains. "Ça va altérer la qualité de vie des toulousains, s'inquiète Louise une habitante du quartier Matabiau. Puisque avec le nombre de personnes qui va circuler, la vie va devenir impossible." Mais pour Jacques, c'est tout le contraire, "cette tour va donner un coup de renouveau au quartier qui a besoin de se rénover et d'avoir un aspect neuf pour le futur TVG".

Limiter la circulation de certains véhicules 

Autre point débattu au conseil métropolitain du jeudi 4 octobre, la création prochainement d'une ou de plusieurs "zones à faibles émissions". Comme à Paris ou Grenoble, il s'agirait d'espaces où la circulation serait limitée à certains véhicules. Le projet rentre dans la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte et le projet "ville respirable". Mais tout reste à définir. "Nous sommes en phase d'étude, explique François Chollet vice-président de la métropole et adjoint à la mairie de Toulouse en charge du développement durable. C'est un moment pendant lequel il nous revient de déterminer quel est le périmètre le plus performant, quel est le critère qui va nous permettre d’autoriser certains véhicules et d'en récuser d'autres. Et puis, il faut aussi mettre en place un moyen de contrôle qui soit automatisé."

Pour y arriver, la métropole travaille avec l'observatoire Atmo-Occitanie qui mesure la qualité de l'air et avec l'Agence d'urbanisme et d'aménagement afin de définir au mieux ces zones à faibles émissions. Mais pour les élus, toute la difficulté est d'être à la fois le plus efficace possible sans être perçu comme trop contraignant par la population.  La mise en place de ces zones n'est pas prévue avant 2020.

Moins 40 % d'émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030

Cependant, certains d'entre-eux comptent profiter du projet pour remettre sur la table l'idée d'une interdiction des véhicules dans le centre-ville de Toulouse.

La création de "zones à faibles émissions" rentre dans l'objectif de la métropole de réduire de 40% les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030.