Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Conseil municipal de Dijon : le musée des Beaux-Arts, la gestion du parc des expos ou encore des mariages délocalisés

-
Par , France Bleu Bourgogne

Quelques sujets majeurs ce lundi soir au Conseil municipal de Dijon. Parmi eux la réouverture prochaine du Musée des Beaux Arts après de lourds travaux, une nouvelle délégation de service public en faveur de l'association Dijon Congrexpo ou encore des mariages délocalisés à cause des Gilets jaunes.

Le maire de Dijon, François Rebsamen et sa première adjointe, Nathalie Koenders lors de la réunion d'avant conseil
Le maire de Dijon, François Rebsamen et sa première adjointe, Nathalie Koenders lors de la réunion d'avant conseil © Radio France - Thomas Nougaillon

Dijon - France

Le conseil municipal de Dijon se tenait ce lundi soir. Il a été question du projet de futur plan local d'urbanisme intercommunal qui doit être voté par la Métropole en décembre prochain. Du renouvellement urbain de la Fontaine-d'Ouche. Un projet à 114 millions d'euros sur la période 2018-2025 voté à la majorité des voix, moins une abstention. 

On prend les mêmes et on recommence

Parmi les autres sujets majeurs : la réouverture du Musée des Beaux Arts après plus de 10 ans de travaux. Elle est prévue le 17 mai 2019. Ou encore le choix du futur délégataire du parc des expositions et du palais des congrès pour 4 ans. Sans surprises, mais tout de même, après un bras de fer qui aura duré plusieurs semaines, c'est l'association Dijon Congrexpo, seule en lice au moment de l'appel d'offres, qui a été choisie à la majorité des voix, moins sept abstentions. "Comme toujours quand il y a des négociations dans une délégation de service public, le délégant veut plus et le délégataire veut moins" explique le maire de Dijon, François Rebsamen. 

Le palais des congrès de Dijon  - Radio France
Le palais des congrès de Dijon © Radio France - Thomas Nougaillon

"Nous nous sommes mis d'accord"

Il a été convenu que l'association Dijon Congrexpo prendra à sa charge le droit d'entrée : 1,4 millions sur quatre ans. Ainsi que la redevance qui va être a portée à 300 000 euros par an. "Moi je pensais que ça pouvait être plus, je demandais 450 000, eux étaient plutôt en dessous. On a tranché, on s'est mis d'accord pour 300 000 euros. Tout accord est un bon accord lorsqu'il est signé par les deux parties dans une délégation de service public et ce sera le cas" poursuit l'édile.

L'opposition s'étonne 

De son côté l'opposition municipale s'interroge sur la durée de la délégation: 4 années au lieu de 8 habituellement pointe Emmanuel Bichot président du groupe "Agir pour Dijon". "Ce contrat n'est pas un bon contrat parce qu'en réalité il pose une question principale: pourquoi renouveler pour 4 ans seulement? Quelles sont les intentions derrière vis à vis de cette association? Quatre ans c'est très court, cela n'a jamais été aussi court dans l'histoire de cette DSP" s'étonne Emmanuel Bichot. 

Le parc des expositions  - Radio France
Le parc des expositions © Radio France - Thomas Nougaillon

Quant à l'odeur de "graillon" dénoncée par le maire en décembre pour expliquer le tassement de fréquentation année après année à la foire de Dijon le problème n'est pas encore résolu. Ce que dénonce Emmanuel Bichot conseiller municipal d’opposition. "Nous plaidons pour que des investissements absolument urgents soient réalisés" dit-il. 

Le musée rénové fera de Dijon une capitale touristique et culturelle nationale et internationale

Concernant la réouverture du Musée des Beaux Arts, elle a été présentée aux élus municipaux avec la diffusion d'un petit film. Cela valait bien ça : le musée des Beaux Arts né en 1798 vient de subir près de 60 millions d'euros de travaux avec notamment le soutien financier de l'Etat (plus de 16 millions), de la Région (plus de 8 millions) et de Dijon métropole (plus de 8 millions). Nathalie Koenders, première adjointe au maire de Dijon. 

"C'est l'aboutissement de 17 années de travail. Ce musée est le joyau de notre coeur de ville, son rayonnement est national et international. Cela a permis aux entreprises locales de travailler. Et en même temps cela va continuer à faire de Dijon une capitale touristique et culturelle nationale et internationale".

Vue des travaux du musée des beaux arts  - Radio France
Vue des travaux du musée des beaux arts © Radio France - Thomas Nougaillon

Ces 1,5 millions d'euros ne serviront pas qu'à payer les petits-fours 

L'opposition municipale comprend la nécessité de faire des travaux dans ce musée. "C'est l'un des chantiers phare de François Rebsamen" explique Laurent Bourguignat, patron du groupe d'opposition "Dijon Ensemble". Il espère que la municipalité réussira le pari de la communication. "En fait tout commence maintenant avec la question de la communication et du marketing. Il faut que cela créé une émulation touristique dans notre ville. Sinon on aura fait tout cela pour rien mais je n'ose le croire". Justement la mairie s'apprête à débourser 1 million et demie d'euro pour l'inauguration du musée des Beaux Arts et ça ne sera pas que pour les petits fours explique Nathalie Koenders. "Effectivement cela aurait été scandaleux! Ces 1,5 millions d'euros c'est pour l'exposition culturelle Ming et également pour financer la fête mise sur pied pour les Dijonnais et qui va durer plusieurs mois".

Laurent Bourguignat - Radio France
Laurent Bourguignat © Radio France - Thomas Nougaillon

Les mariages pourront être célébrés à la mairie de quartier de la Toison-d'Or

Lors de ce conseil municipal les élus ont aussi voté à l'unanimité la possibilité de "délocaliser" les mariages salle Myriam Bernard à la maire de quartier Toison-d'Or en raison des manifestations des "Gilets jaunes" qui ont tendance à dégénérer à la tombée de la nuit et ce dès samedi prochain si nécessaire. François Rebsamen a profité de ce conseil pour rappeler, que s'il comprend la colère des "Gilets jaunes", ces manifestations à longueur de samedi et la casse qui les accompagnent coûtent chers à la ville : près de 400 000 euros depuis le début du mouvement le 17 novembre 2018. C'est ainsi qu'en janvier -et comme au mois de décembre- la municipalité ne fera -par exemple- pas payer la "redevance d'occupation du domaine public" à ses commerçants du centre-ville et devra se passer encore une fois de 45 000 euros.