Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Conseil municipal de Saint-Étienne : dernières orientations budgétaires du mandat

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Le conseil municipal de Saint-Étienne s'est (longuement) réuni ce lundi soir, pour la dernière fois de l'année 2019. À l'ordre du jour notamment, les dernières orientations budgétaires du mandat.

Le conseil municipal de Saint-Étienne, réuni le 9 décembre 2019.
Le conseil municipal de Saint-Étienne, réuni le 9 décembre 2019. © Radio France - Tifany Antkowiak

Saint-Étienne, France

Pour sa dernière réunion de l'année 2019, l'ordre du jour était plus que chargé pour le conseil municipal de Saint-Étienne : plus de 100 points au programme ce lundi soir, dont le débat d'orientation budgétaire. Le dernier du mandat pour Gaël Perdriau et son équipe, avant les élections municipales de mars 2020.

Pas de hausse des impôts, investissements maintenus 

La majorité a rappelé les conditions dans lesquelles elle présentait ses orientations budgétaires pour l'année 2020, à savoir la poursuite de la baisse des dotations de l'État. Pour l'année 2020, ce sont 14,5 millions d'euros de moins pour la Ville de Saint-Étienne, explique l'adjointe au budget, Nora Berroukeche. Elle rappelle que sur l'ensemble du mandat, la baisse des dotations de l'État représente 79 millions d'euros. Malgré ce contexte, la municipalité ne prévoit pas d'augmenter les taux d'imposition pour 2020, et elle table sur 50 millions d'euros d'investissements, dans la continuité de 2019 (49 millions d'euros d'investissement).

La continuité, c'est d'ailleurs globalement le choix de l'équipe municipale pour les actions qu'elle souhaite mener sur la fin du mandat, du cadre de vie aux animations, en passant par la petite enfance, qui reste le premier budget de la Ville. Quelques projets nouveaux devraient toutefois voir le jour en 2020, comme la création d'une plateforme numérique pour les seniors, afin de lutter contre leur isolement, et l'adhésion de la Ville à l'expérimentation Territoire zéro chômeur longue durée, qui va entrer dans sa deuxième phase. L'année 2020 devrait être marquée aussi par l'ouverture du centre culturel et artistique la Comète à la place de l'ancienne Comédie, ou encore celle des halles gourmandes Mazerat.

Manque d'ambition pour l'opposition de gauche

Pour les élus de l'opposition de gauche, ces dernières orientations budgétaires du mandat de Gaël Perdriau manquent d'ambition. André Friedenberg (Divers Gauche) estime qu'elles sont "symboliques" de la gestion municipale depuis 2014. "En cinq ans, vous n'avez pas démontré grand chose", lance-t-il aux élus de la majorité. "Où est le projet structurant?", se demande de son côté l'écologiste Olivier Longeon, qui déplore par ailleurs le retard de certains projets "qui seront inaugurés en 2020 alors qu'ils auraient dû l'être au début du mandat". Référence notamment à la Maison François Ier, transformée en Maison du patrimoine et des lettres.

Pierrick Courbon (groupe Nouvelle Gauche) s'interroge lui sur les "variables d'ajustement", qui permettent à l'équipe municipale de ne pas augmenter les taux d'imposition et de maintenir une enveloppe de 50 millions d'euros d'investissement dans un contexte budgétaire pourtant contraint. Il s'inquiète, comme lors des précédents débats d'orientation budgétaire, pour les conditions de travail et de salaires du personnel municipal. Même inquiétude pour la conseillère communiste Marie-Hélène Thomas, qui s'interroge également du sort de certaines associations.

Absence des élus du Rassemblement national, "lâches jusqu'au bout"

"L'équipe municipale peut-être fière de la situation financière de la Ville et de son évolution depuis 2014", répond le maire Gaël Perdriau. Les orientations budgétaires sont adoptées; l'opposition de gauche a voté contre, tout comme l'ancien adjoint au maire Michel Béal. Les élus du Rassemblement national n'ont pas voté, étant tous absents du conseil municipal, ce qu'a regretté en début de séance le maire Gaël Perdriau, alors qu'il voulait "leur dire en face" à quel point il trouve "abjecte" la tribune publiée par le groupe RN dans le magazine municipal de décembre. Les élus RN sont à ses yeux "lâches jusqu'au bout" et adressent avec cette tribune, de son point de vue, "une insulte à tous les Stéphanois"

Les débats se sont poursuivis une bonne partie de la nuit (jusqu'à 2 heures du matin), sur des questions aussi diverses que les rapports entre la Ville et Saint-Étienne Métropole, le coût des transports en commun, l'avenir de l'université Jean-Monnet ou encore la politique commerciale de la ville, faisant apparaître, une fois de plus, la fracture entre majorité et opposition de gauche sur des projets comme celui du centre commercial Steel, dont l'ouverture est prévue au printemps 2020. 

Vous pouvez revoir les débats du conseil municipal en différé sur le site de la Ville

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu