Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La mairie du Mans a-t-elle la main mise sur les conseils de quartier ?

-
Par , France Bleu Maine

Dans un e-mail aux militants socialistes, l'adjoint au maire du Mans, Christophe Counil (PS), indique la marche à suivre pour les élections des conseils de quartier, qui débutent ce week-end. La France Insoumise dénonce la main mise de la majorité sur ces instances en théorie apolitiques.

La façade de la mairie du Mans.
La façade de la mairie du Mans. © Radio France - Alexandre Chassignon

Le maire du Mans, Stéphane Le Foll, et sa majorité socialiste souhaiteraient avoir la main mise sur les conseils de quartier. À la veille du début des élections des présidents de ces huit conseils, voilà ce que dénoncent les militants manceaux de la France Insoumise. Ces derniers ont révélé un e-mail envoyé le 3 février aux militants socialistes par l'adjoint au maire, Christophe Counil, afin de les guider dans leurs votes.

Dans ce message, Christophe Counil désigne les candidats "de confiance" : des militants socialistes, des personnes "proches" de la municipalité et même le "papa d'une adjointe au maire". À l'inverse, il pointe du doigt d'autres candidatures : ce militant LR dont "il faut se méfier" ou bien ceux qui figuraient sur la liste de Marietta Karamanli ou de Vers Le Mans en commun, la liste portée par La France Insoumise aux dernières municipales. Il invite également les militants socialistes à se mobiliser car "nos adversaires politiques ont la volonté de prendre la direction de ces conseils".

Christophe Counil assume et dénonce une manipulation

Pour Mathias Tavel, de la France Insoumise, voilà bien une preuve que la majorité souhaite les garder sous sa coupe : "On sait que les conseils de quartiers sont des instances imparfaites, mais elles permettent au moins un dialogue ou des discussions sur certains projets. Les voir à ce point réduites à des succursales de la majorité, ça ne nous paraît pas de bonne démocratie. Le maire du Mans, qui a été élu dans des circonstances particulières avec plus de 70 % d'abstention au second tour, souhaite tout verrouiller. C'est une attitude autoritaire, solitaire et inquiétante."

Christophe Counil, lui, assume cette démarche "d'ordre privé à la demande de militants qui m'ont demandé de les éclairer". Il dénonce "une manipulation" de certains opposants afin de "transformer ces élections en troisième tour des municipales". Et notamment des partisans de Marietta Karamanli, avec qui l'adjoint avait eu un différent jusque devant les tribunaux. Bref, un faux débat car selon lui, ces conseils ont "toujours été politisés" et tous les partis ou presque y envoient des militants. "Ce qui ne les a jamais empêché de fonctionner correctement", conclut-il.

Des conseils de quartier très politisés

Mis en place en 2002 suite à la loi Vaillant sur la démocratie de proximité, ces sept - et désormais huit -conseils de quartier se composent d'habitants volontaires, tirés au sort ou membres d'associations, dans un but de concertation et de dialogue avec la mairie sur les projets qui concernent leur secteur. Le plus petit, celui du sud ouest, compte 32 membres. Le plus gros, cœur de ville, en dénombre 173. Soit un total de 830 membres... Pour 143 000 habitants. Pour cette nouvelle élection, plus de 1 000 personnes se sont manifestées pour s'inscrire. Et pourront donc voter lors de ces deux weekends d'élections.

Sur sept président.e.s sortant.e.s, quatre sont militant.e.s socialistes ou proches de la majorité municipale. Une autre figurait sur la liste de La République en marche lors des dernières municipales. Et une autre sur celle de Marietta Karamanli. Cette dernière avait d'ailleurs fait campagne en tant que présidente du conseil de quartier, ce qui est normalement interdit par la charte qui les régit. Aujourd'hui, parmi les 31 candidats déclarés pour présider les huit conseils, on compte pas moins de six militants du Parti socialiste ou soutiens de Stéphane Le Foll, ainsi que des militants LR et des personnes affiliés à la minorité municipale ou proches de la France insoumise.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess