Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique
Dossier : Contournement de Beynac

Contournement de Beynac : le Parti Socialiste de Dordogne tacle le sénateur Bernard Cazeau

-
Par , France Bleu Périgord

Trois jours après la décision du Conseil d'Etat de suspendre les travaux de contournement de Beynac, le Parti Socialiste publie un communiqué dans lequel il rappelle que le sénateur, désormais rallié au parti d'Emmanuel Macron a œuvré pour la construction de la déviation.

Bernard Cazeau sénateur de la Dordogne dans le studio de France Bleu Périgord
Bernard Cazeau sénateur de la Dordogne dans le studio de France Bleu Périgord © Radio France - Antoine Balandra

Sans surprise, le Parti socialiste de Dordogne apporte son soutien à Germinal Peiro. Trois jours après la décision du Conseil d'Etat de suspendre les travaux de contournement de Beynac, le parti publie un communiqué ce lundi 31 décembre.

Pas une "lubie" de la majorité départementale

Le PS explique en quoi cette décision juridique est un "non-sens total" qui "intervient près d'un an après l'autorisation donnée par l’Etat et contredit l’ensemble des avis favorables qui se sont succédé depuis trente ans." Selon le parti majoritaire au conseil départemental, "le Conseil d'Etat vient donc de déjuger l'Etat."

Une décision qui "témoigne du mépris de certains milieux parisiens envers les territoires ruraux. En les empêchant de réaliser des projets d’intérêt public, structurants pour les déplacements et la sécurité des citoyens, on les fragilise de nouveau."Au passage, le PS tient à préciser que ce projet de contournement n'est pas "une lubie de la majorité départementale actuelle" et du président Germinal Peiro.

Bernard Cazeau ne répond pas "à des inconnus" 

Les auteurs du communiqué précisent : "Il a été porté par les majorités précédentes et en particulier par l'ancien président Bernard Cazeau. C'est lui qui avait réalisé l’acquisition de la quasi-totalité des terrains nécessaires. Il avait fait voter un rapport très important sur le dossier début 2014. Cela en dit long sur le cynisme de certaines prises de position actuelles. Cela démontre surtout le consensus historique sur la nécessité de ce projet."

Il y a un peu plus d'un an, Bernard Cazeau, ancien président du conseil départemental passé à la République en Marche avait affirmé son opposition au projet routier. "Il faut arrêter de bétonner cette vallée," avait-il déclaré sur l'antenne de France Bleu Périgord. Dans un article de Libération publié en décembre il explique avoir laissé ce dossier "explosif" de côté "sans y toucher".

Mais l'ancien président du conseil départemental ne semble pas décidé à argumenter face à son ancien parti. "Je ne réponds pas a des inconnus récemment arrivés et qui ignorent tout de l’histoire du Périgord," a-t-il écrit sur le réseau social Twitter ce lundi 31 décembre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu