Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : 42 députés signent une tribune pour demander la réouverture des restaurants le midi

-
Par , France Bleu, France Bleu Orléans

Après une soixantaine de sénateurs, 42 députés demandent à leur tour au gouvernement la possibilité pour les restaurateurs de rouvrir leurs établissements les midis. Ils ont publié une tribune, ce dimanche 28 février, dans le Journal du dimanche.

Les restaurants sont fermés depuis plus de quatre mois en France à cause de la pandémie de coronavirus [photo d'illustration].
Les restaurants sont fermés depuis plus de quatre mois en France à cause de la pandémie de coronavirus [photo d'illustration]. © Maxppp - PHOTOPQR/OUEST FRANCE

Depuis plus de quatre mois, les restaurants ne peuvent plus accueillir de clients à table à cause de la crise sanitaire. Quelques dérogations ont été accordées pour les ouvriers du BTP et les routiers mais ce n'est pas suffisant d'après 42 députés qui signent ce dimanche 28 février une tribune dans le Journal du dimanche. "En concertation avec les restaurateurs de nos territoires, nous, parlementaires, demandons au Premier ministre d'étudier la réouverture des restaurants au déjeuner, pour ceux qui en font la demande", écrivent-ils.

C'est le député MoDem du Loiret, Richard Ramos qui est à l'origine du courrier. Sur France Bleu Orléans, mardi 23 février, il dévoilait déjà ses arguments : "réparer une forme d'injustice" alors que certains restaurants d'entreprise sont ouverts et que les plateformes de livraison et les grandes enseignes tournent à plein régime ; "apporter une réponse à la détresse psychologique des Français" ; et éviter une désertion de la profession.

Volonté de réouverture les midis, à partir du 30 mars

Dans la tribune, les députés interrogent le gouvernement : "Une ouverture des restaurants dans leur ensemble ne pourrait-elle pas être envisagée, ceci tout en modulant les aides accordées par l'Etat, après concertations avec les organisations professionnelles ?" Ils appellent à une réouverte à partir du 30 mars "ceci avec les procédures sanitaires adéquates". D'après eux, "une telle mesure permettrait un juste équilibre entre protection sanitaire et relance économique".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Les demandes se multiplient

Ces députés ne sont pas les seuls à formuler cette requête. Déjà la semaine dernière, 65 sénateurs avaient signé une lettre demandant la réouverture des restaurants à midi et la possibilité pour les clients de chercher des plats à emporter après 18 heures. De leur côté, le président de la Région PACA Renaud Muselier et la présidente du Département des Bouches-du-Rhône Martine Vassal ont demandé, mercredi dernier, au ministre de la Santé, Olivier Véran, d'autoriser une expérience test dans quatre restaurants du département. Ils réouvriraient avec un protocole stricte et notamment un dépistage systématique par test salivaire chez les employés ou les clients, avant l'entrée dans l'établissement.

Aujourd'hui, seuls quelques restaurants ont pu rouvrir pour accueillir les salariés du BTP ou les routiers grâce à des conventions signées entre les préfets, les chambres de commerce et de l'industrie (CCI), les chambres des métiers et de l'artisanat, la Fédération du bâtiment ou les unions des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih). Cela doit leur permettre d'éviter de manger dans le froid ou dans leur voiture. C'est le cas par exemple dans le Vaucluse, dans l'Yonne, le Hainaut, en Côte-d'Or, la Manche, le Finistère, l'Aveyron, l'Orne ou encore le Doubs.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess