Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : "On a l'impression que le gouvernement fait du zigzag"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Cotentin, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

David Cormand, député européen et élu à la métropole de Rouen dénonce un problème de méthode de l'exécutif sur le plan de déconfinement. "Les gens sont capables de comprendre qu'on est dans une situation particulière. Le problème c'est qu'on a l'impression que le gouvernement fait du zigzag."

David Cormand, député européen et élu de la métropole de Rouen
David Cormand, député européen et élu de la métropole de Rouen © Maxppp - MICHEL VIALA

Le Premier Ministre Edouard Philippe présente ce mardi 28 avril les détails de son plan de déconfinement . David Cormand, le député européen et élu à la métropole de Rouen regrette le manque de temps entre les annonces et le vote des députés.

" Il y a un problème de méthode. On voit bien qu'on est dans une situation d'urgence sanitaire mais cela ne doit pas dispenser dans une démocratie d'un travail notamment de nos représentants, c'est à dire les parlementaires.

Or là, on va avoir un plan qui va être ficelé et dont on connaît peu de choses. On a le sentiment que même l'exécutif a du mal à se mettre d'accord sur ce dont il retourne. Ce n'est pas une bonne façon à la fois de construire un plan à la hauteur de nos attentes et de nos inquiétudes et de co-construire - comme c'est pourtant revendiqué - un plan efficient."

On est dans une situation d'urgence sanitaire mais cela ne doit pas dispenser dans une démocratie d'un travail de nos représentants

L'ancien secrétaire national d'Europe Ecologie les Verts regrette également les flottements de l'exécutif autour de ce plan et des incertitudes autour de sa mise en application.

"On a tous hâte de savoir mais depuis plusieurs semaines on a l'impression qu'une direction est donnée et puis il y a des contre-ordres. Le déconfinement des écoles le 11 mai en est un exemple.

Quand vous parler avec les élus locaux de la contrainte que représente le nettoyage des écoles une fois qu'elles auront été rouvertes, on voit bien qu'il y a des directions qui sont données et l'intendance ne suit pas.

Les gens sont capables de comprendre qu'on est dans une situation particulière. Le problème c'est qu'on a l'impression que le gouvernement fait du zigzag.

Je ne sais pas s'il fallait rouvrir ou non les écoles. Ce que je sais c'est que la décision a été annoncée sans qu'on se soit assuré qu'il serait possible de le faire dans de bonnes conditions.

Les gens sont capables de comprendre qu'on est dans une situation particulière. Le problème c'est qu'on a l'impression que le gouvernement fait du zig-zag."

Le député européen et élu de la métropole a des doutes également sur la pertinence de l'application Stop-covid. Elle  doit permettre via les téléphones portables et de façon anonyme les personnes atteintes du coronavirus.

David Cormand a écrit aux parlementaires pour dénoncer une surveillance généralisée pour cette application déjà utilisée dans d'autres pays comme Singapour.

On nous fait miroiter des solutions miracles qui posent des risques pour nos libertés fondamentales alors que ce dont on a besoin ce sont de test et de masques.

"Singapour est un bon exemple, souligne l'élu de la Métropole de Rouen. Singapour, c'est cinq millions d'habitants. C'est un tout petit pays. A peu près 25% des habitants de cette cité-état ont téléchargé l'application. Or, les spécialistes nous disent que pour que cela se fonctionne, il faut au moins qu'elle soit utilisée par 60% de la population. Et de toute façon, à Singapour, ils ont quand même mis en place le confinement.

On nous fait miroiter des solutions miracles qui posent des risques pour nos libertés fondamentales alors que ce dont on a besoin, ce sont de test et de masques. On le répète depuis des mois. Et là il y a une inertie de l'exécutif et de la chaîne de commandement pour qu'on ait des réponses concrètes par rapport à cela."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess