Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : la déception du personnel soignant franc-comtois face aux annonces d’Emmanuel Macron

Lors de son déplacement à Mulhouse mercredi, Emmanuel Macron a annoncé un plan d’investissement pour l’hôpital dès la fin de l’épidémie de coronavirus. En Franche-Comté, la nouvelle ne convainc pas le personnel soignant.

Image d'illustration
Image d'illustration © Radio France - Adèle Bossard

En déplacement à Mulhouse (Haut-Rhin) mercredi soir, Emmanuel Macron a rendu hommage au personnel hospitalier "qui ont payé de leur vie leur engagement ", souligne le président. Le chef de l'Etat a salué la mobilisation du personnel soignant. Mais pour Nathalie Depoire, infirmière à l’Hôpital Nord Franche-Comté, "ce n’est pas ça qu’on attend. Ce n’est pas des mercis qu’il nous faut, on fait notre métier, donnez-nous les moyens de le faire correctement". 

Il faudrait un investissement dès maintenant - Nathalie Depoire 

Lors de son allocution, le président a promis d'investir dans l'hôpital avec la mise en place d’un "plan massif d’investissement et de revalorisation de l’ensemble des carrières", une fois l’épidémie de coronavirus passée. Une promesse à laquelle Nathalie Depoire ne croit pas : "Il était temps qu’on nous annonce enfin un plan d’investissement dans l’hôpital. Mais ce n’est pas la première fois qu’il fait des annonces, il nous a déjà déçu la dernière fois, on verra ce qu’il en sera après", affirme l’infirmière. 

Emmanuel Macron a également annoncé une « prime exceptionnelle » pour le  personnel soignant mobilisé, ainsi que la majoration de leurs heures supplémentaires. «J’aurais préféré qu’il annonce l’arrivée de respirateurs, de blouses, de masques, de gants. On a besoin de matériel. L’enjeu, c’est qu’on ait les moyens de se protéger pour prendre soin des patients», raconte l’infirmière de l’Hôpital Nord Franche-Comté. 

Nathalie Depoire est déçue qu’aucune annonce n’ait été faite sur la question du matériel nécessaire aux personnels soignants. «Qu’est-ce qu’on attend ? Que tout le personnel soignant soit malade et qu’en même temps, les patients affluents ? Ce qu’on voulait, c’est savoir quelles aides sont mise en place pour maintenant. C’est quand même incroyable : la solidarité pour le matériel de protection, elle vient des  entreprises, de la population qui nous envoie des masques, mais pas de l’Etat», témoigne Nathalie Depoire. 

Pour l’infirmière, il n’y a rien de réconfortant dans le discours du chef de l’Etat. En revanche, l'inquiétude est toujours présente quant à la gestion de la crise sanitaire en cours. « Nous, à l’hôpital Nord-Franche Comté, on n’a pas encore atteint le pic, mais on a déjà des hospitalisations en augmentation. Le coronavirus, ça va durer des mois. Comment faire face pour l’après ? Pour les patients ? Je me demande ce que ça va être l’état de la santé hospitalière et de la médecine de ville après ce coronavirus », confie Nathalie Depoire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu