Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : Emmanuel Macron dévoile ce mercredi des mesures en faveur des artistes et de la culture

- Mis à jour le -
Par , France Bleu
France

Le Président Emmanuel Macron a annoncé ce week-end qu'il y aurait de "premières décisions" ce mercredi pour le monde de la culture et les artistes, violemment touchés par la crise du Coronavirus.

Le Président Emmanuel Macron (photo d'illustration).
Le Président Emmanuel Macron (photo d'illustration). © Maxppp - YOAN VALAT

Emmanuel Macron tiendra ce mercredi matin une visioconférence avec des artistes de différents domaines avant d'annoncer les premières orientations d'un "plan pour la culture" que "le gouvernement sera amené à mettre en oeuvre rapidement", a annoncé l'Elysée mardi soir.

Dans un tweet publié samedi, Emmanuel Macron avait annoncé de "premières décisions" pour le monde de la culture, à l'arrêt total et en grande difficulté depuis le confinement imposé dans la lutte contre le Coronavirus.

"Aux artistes qui se sont exprimés, je veux dire que je les entends. L'État continuera de les accompagner, protègera les plus fragiles, soutiendra la création. L'avenir ne peut s'inventer sans votre pouvoir d'imagination", a écrit le chef de l'Etat. "Mercredi j'annoncerai des premières décisions en ce sens", a-t-il poursuivi dans son message.

Échanges pendant deux heures avec des artistes

Le 13 avril, le chef de l'État avait promis un plan spécifique d'aide pour les secteurs "durablement impactés", dont le secteur culturel. "Un mandat clair a été donné en ce sens au ministre de la Culture Franck Riester, qui y travaille en lien avec les autres ministères concernés et en menant des concertations avec chaque filière", précise la présidence.

Au préalable, le chef de l'État échangera pendant environ deux heures avec des artistes de différents domaines (littérature, danse, cinéma, théâtre, cirque contemporain, musique classique, musiques actuelles, art contemporain) dont le nom n'a pas été divulgué, en présence de Franck Riester et de ses collègues de l'Economie Bruno Le Maire et du Travail Muriel Pénicaud.

Cet entretien, explique l'Élysée, portera sur l'impact de la crise sur leurs métiers, les mesures d'accompagnement et de soutien aux structures de production et de diffusion, ainsi que sur la meilleure façon de maintenir la présence de la culture malgré les contraintes imposées par l'épidémie.

Les artistes pourront également exprimer leurs aspirations pour les prochains mois et leur vision pour "réinventer la place de la culture dans notre pays", ajoute l'Élysée.

Festivals et concerts annulés, théâtres et salles de cinémas fermées, défilés de mode rendus difficiles... Le monde de la culture pâtit de la crise liée à la pandémie mondiale, dont les nombreux intermittents du spectacle qui la font vivre. Des petites structures risquent de déposer le bilan et le chômage menace les intermittents du spectacle.

Nombreuses pétitions

La pétition"Renouvellement des droits des intermittents du spectacle année noire 2020" adressée à Muriel Pénicaud, ministre du Travail, et Franck Riester, ministre de la Culture recueille ce samedi soir plus de 180.000 signatures. Cette lettre ouverte adressée au Président de la République et intitulée"Culture en danger"rassemble elle plus de 50.000 signatures.

Au début du confinement, mi-mars, le ministre de la Culture, Franck Riester, avait assuré travailler "pour faire en sorte que les intermittents ne soient pas trop pénalisés (car) ils ont moins de contrats et l'ouverture de leurs droits risque d'être perturbée".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess