Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus et débat à l'Assemblée : le début de la fin du blues des députés

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Certains se sentaient mis de côté par la tête de l’État depuis le début de la crise sanitaire : les députés vont être mis à contribution dans les heures qui viennent.

L'Assemblée Nationale va un peu reprendre vie ce mardi après-midi.
L'Assemblée Nationale va un peu reprendre vie ce mardi après-midi. © Maxppp - Alexis Sciard

Edouard Philippe dévoilera ce mardi après-midi (15h) à l’Assemblée le plan de déconfinement du gouvernement. Suivront ensuite un débat et un vote. Des députés qui ne vont pas tous vivre ce moment de la même manière. Il y a les 75 qui seront à Paris. Des présidents de groupes et des élus volontaires, comme Jean-Michel Mis, député LREM de la 2e circonscription de la Loire "parce que je ne concevais pas qu’on demande aux Français de reprendre le cours normal de leur activité, si l’on peut dire, à partir du 11 mai et soi-même ne pas y aller."

Une méthode de travail qui frustre terriblement

A l’inverse, cette contribution au débat se fera à distance pour Nathalie Sarles, la député LREM de la circonscription de Roanne, qui sera devant son ordinateur. "C’est une autre méthode de travail" analyse-t-elle. "Elle nous frustre terriblement en terme d’espace de débat".

Car rien ne pourra remplacer l’échange réel, surtout dans une période aussi déterminante pour l’avenir du pays explique Jean-Michel Mis : "le regard de l’autre est important quand on échange des arguments et il y a tout un tas d’éléments qui ne passent pas par l’œil de la caméra". 

"Retrouver un fonctionnement normal avec les 577 députés" - Jean-Pierre Vigier, député LR de Haute-Loire

C’est donc un petit pas vers un retour à l’exercice normal de la fonction de député, laquelle a été un peu mise de coté par l’exécutif : "je ne me suis pas sentie inutile mais mise au bord de la route" appuie Nathalie Sarles.

Mais il faut aller encore plus loin et vite pour Jean-Pierre Vigier, député Les Républicains de Haute-Loire : "Il faut très rapidement que le gouvernement et le président de l’Assemblée permettent de retrouver un fonctionnement normal avec les 577 députés. Nous arrivons aujourd’hui à travailler avec un nombre réduit de députés mais cela ne peut pas durer. Ce n’est pas la solution qui l’on veut un Parlement qui joue pleinement son rôle".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess