Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus et municipales : "il faut choisir son créneau" pour venir voter dimanche

-
Par , France Bleu Bourgogne

Les élections municipales sont maintenues, malgré l'épidémie de coronavirus. Ludovic Rochette, président de l'association des maires de Côte-d'Or, explique sur France Bleu Bourgogne les précautions et les dispositions prises pour le premier tour dimanche.

Ludovic Rochette, président de l'association des maires de Côte-d'Or
Ludovic Rochette, président de l'association des maires de Côte-d'Or © Radio France - Adrien Beria

Malgré le Coronavirus-Covid19, les élections municipales, dont le premier tour est prévu le dimanche 15 mars, sont maintenues. Emmanuel Macron l'a annoncé dans son allocution jeudi soir. France Bleu Bourgogne a reçu Ludovic Rochette, président des maires de Côte-d'Or, dans sa matinale spéciale. 

Quelle a été votre réaction quand vous appris le maintien des élections ? 

Je crois que les élections étaient difficilement annulables. Si on ne vote pas, on ne vit plus beaucoup dans une société. Et puis, une annulation posait des problèmes juridiques derrières. C'est une bonne décision, ça prouve que la démocratie fonctionne, malgré l'épidémie et les précautions qu'on doit tous prendre.

Justement, quelles précautions vont être prises dans les bureaux de vote ? 

Il faut rappeler que le vote se fait de 8h à 18h, jusqu'à 19h dans les grandes villes. Il y a du temps pour venir voter. Il faut choisir son créneau pour arriver à un moment où les bureaux sont un peu plus vides. Toutes les mairies auront du gel, des gants et/ou un point d'eau. Il y tous les moyens pour voter d'une manière sereine. Il faut aussi protéger personnes qui participent au dépouillement. Toutes les communes prennent des précautions. Il faut rassurer la population.

Comment protéger les personnes qui tiennent les bureaux ? 

Il ne faudra pas toucher les papiers d'identité et la carte d'électeur. On va les contrôler à vue. Il faut être vigilant, mais en fin de compte, c'est du bon sens.

Vous craignez une désertion des électeurs ?

On a la chance de pouvoir voter. C'est un scrutin compliqué à organiser, mais avec la préfecture, on travaille pour que ce soit serein. Je comprend cette crainte, en tant qu'élu et en tant que citoyen. Chaque Côte-d'orien pourra venir voter sereinement. C'est notre responsabilité politique avec l'Etat.

Les conditions sanitaires sont suffisantes, par exemple dans les toutes petites communes ?

La priorité, c'est d'avoir un point d'eau pour se laver les mains au savon. Dans les mairies, les écoles, les gymnases il y en a. La priorité c'est les bureaux de vote où il n'y a pas de point d'eau et il où faut trouver du gel.

Faut-il venir avec son stylo ?

Je le conseille fortement. De repartir avec ou de le jeter à la sortie. On voit des communes qui tentent de trouver des stylos individuels. C'est la grande imagination des élus locaux, de s’adapter à la difficulté du contexte.

Vous sentez de l'inquiétude chez les maires ?

Ce qui remonte le plus, c'est la recherche du fameux gel, bien que ce ne soit pas l'alpha et l'oméga - on peut se laver les mains, mettre des gants. On peut aussi trouver des systèmes pour réguler les flux. On va avoir des adaptions particulières.

Quels conseils pour les personnes de 70 ans, qui votent le plus et qui aident le plus dans les bureaux ? 

Par exemple, on laisse toujours passer la personne la plus âgée, pour quelle reste le moins longtemps au contact d'autres personnes. Pour les assesseurs, on va faire le point dans chaque commune pour avoir des effectifs complets. Ce sont les élections municipales, on est d'autant plus attaché à sa commune, encore plus en période de crise.

Avez-vous constaté une hausse de nombre de procurations ? 

C'est l'une des petites difficultés, l'arrivée peut-être tardive des procurations, mais, là-aussi, le système est rodé. Dimanche, on aura les procurations.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu