Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : les députés votent la prorogation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 16 février

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu

Face à la deuxième vague de coronavirus, les députés ont voté la prorogation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 16 février au soir. Le texte doit maintenant être examiné par le Sénat et devrait être définitivement adopté en novembre.

L'Assemblée nationale étudie la prolongation de l'état d'urgence sanitaire
L'Assemblée nationale étudie la prolongation de l'état d'urgence sanitaire © Maxppp - Luc Nobout

Les députés a adopté en première lecture ce samedi soir la prorogation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 16 février, dans un hémicycle où leur présence est limitée à 50% en raison de l'épidémie de coronavirus. Ce régime d'exception autorise l'exécutif à mettre en place des restrictions face à la crise du Covid-19.

Le projet de loi a été adopté par 71 voix contre 35. Il devrait désormais être soumis à l'examen du Sénat mercredi, avant une probable adoption définitive en novembre. Le gouvernement a défendu un texte de "responsabilité", tandis que l'opposition a haussé le ton pour s'inquiéter d'une "mise entre parenthèses des libertés publiques".

"La situation va s'alourdir, quoi que nous fassions"

Le texte doit permettre au gouvernement de signer des ordonnances dans les domaines du droit du travail, du fonctionnement des administrations et encore des collectivités, comme au printemps dernier. En commission, les députés ont cependant réduit la période d'habilitation. 

"Une période longue et difficile"

Samedi matin, le ministre de la Santé Olivier Véran a défendu devant l'Assemblée nationale la prolongation jusqu'au 16 février de l'état d'urgence sanitaire pour faire face à une "période qui sera longue et difficile". "Nous avons besoin de ce texte pour être efficace dans la période" de deuxième vague du coronavirus, a déclaré le ministre. 

Pour justifier l'urgence de la situation, le ministre de la Santé a rappelé les derniers chiffres : 42.000 Français diagnostiqués en 24 heures, 2.000 patients hospitalisés, 300 admis en réanimation, près de 300 morts à l'hôpital et dans les Ephad. La situation va "s'alourdir dans les prochains jours et semaines, quoi que nous fassions", a prévenu Olivier Véran. Mais des restrictions encore possibles jusqu'au 1er avril. 

Vers un reconfinement ? 

Interrogé sur un éventuel durcissement du dispositif, Emmanuel Macron a jugé vendredi qu’il était encore “trop tôt aujourd’hui pour dire si on va vers des confinements locaux ou plus larges”. “On va essayer à chaque fois d’aller en quelque sorte réduire les lieux, les moments où on a identifié que le virus circulait beaucoup”, a expliqué le président de la République.

54 départements ainsi que la Polynésie française sont désormais concernés par le dispositif de couvre-feux, soit 46 millions de Français. 

La possible prolongation de l'état d'urgence sanitaire est critiquée par l'opposition. Le groupe LR a défendu une motion de rejet préalable, contre un "état d’exception, qui banalise les atteintes aux libertés". 

Le projet de loi passera par le Sénat mercredi. Il devrait être adopté définitivement début novembre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess