Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus - Menu sans viande à la cantine : le gouvernement dénonce le choix de la mairie EELV de Lyon

-
Par , France Bleu

La mairie écologiste de Lyon instaure temporairement un menu unique sans viande dans les écoles en raison des contraintes sanitaires. Un choix qui n'est pas au goût du gouvernement. Le ministre de l'Agriculture saisit le préfet du Rhône, a-t-il annoncé ce dimanche 21 février.

Le menu unique entrera en vigueur lundi dans les écoles de Lyon [photo d'illustration].
Le menu unique entrera en vigueur lundi dans les écoles de Lyon [photo d'illustration]. © Maxppp - Quentin Déhais

Le ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie, a annoncé dimanche qu'il saisissait le préfet du Rhône de la question des menus sans viande instaurés par la mairie écologiste de Lyon dans les cantines scolaires en raison des contraintes sanitaires. "Arrêtons de mettre de l'idéologie dans l'assiette de nos enfants !", a-t-il dénoncé sur Twitter, ajoutant : "Donnons-leur simplement ce dont ils ont besoin pour bien grandir. La viande en fait partie. J'ai saisi le préfet du Rhône." Cette saisine se fonde sur un arrêté de 2011 fixant les règles nutritionnelles dans la restauration scolaire, selon lequel "au moins quatre repas", sur vingt consécutifs, doivent être servis "avec, en plat protidique, des viandes non hachées de bœuf, veau, agneau ou des abats de boucherie".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"En plus de l'insulte inacceptable aux agriculteurs et aux bouchers français, on voit bien que la politique moraliste et élitiste des 'Verts' exclut les classes populaires. De nombreux enfants n'ont souvent que la cantine pour manger de la viande", avait déjà tweeté samedi soir le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, en dénonçant une "idéologie scandaleuse". Son collègue des Comptes publics, Olivier Dussopt, a fustigé, lui, "un choix anti-social et doctrinaire". "Je suis toujours pour qu'on laisse le choix aux élèves. Il ne faut pas que ce soit une décision idéologique", déclarait de son côté le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, interrogé lors de l'émission Le Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI.

Un menu unique pour fluidifier le service

La mairie de Lyon explique son choix par la nécessité de respecter, à la demande de l'Éducation nationale, une distanciation de deux mètres entre les enfants à la cantine, ce qui revient à faire manger moins d'élèves en même temps. Le recours temporaire au menu unique vise donc à fluidifier le service afin que tous les repas - 29.000 par jour - puissent être servis durant le temps du déjeuner, étalé de 11h30 à 13h45. Sans viande mais avec œufs et poisson, ce menu "reste équilibré" et permet "de n'exclure aucun enfant", affirme l'adjointe à l'Éducation, Stéphanie Léger, encartée dans aucun parti.

Avant d'enfler au sein du gouvernement, la polémique avait été déclenchée cette semaine par l'opposition de droite lyonnaise, alors que les élèves font leur retour à l'école lundi dans la capitale des Gaules. Le maire EELV, Grégory Doucet, y a répondu en rappelant qu'une mesure similaire avait été prise au printemps dernier sous l'ancienne mandature, face aux contraintes sanitaires, sans susciter de polémique à l'époque :

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"Que la droite, qui s'est alliée à mon prédécesseur (Gérard Collomb, NDLR) au moment des municipales, crie à l'idéologie aujourd'hui me fait sourire", avait déjà réagi Grégory Doucet vendredi sur franceinfo.

Interrogé sur l'absence de réaction l'an dernier, le cabinet du ministre de l'Agriculture a évoqué "une vraie différence de situation entre mai et maintenant" : "nous ne sommes plus dans une situation d'urgence, face à une situation exceptionnelle".

Des agriculteurs doivent manifester lundi devant l'Hôtel de Ville de Lyon à l'appel de certains syndicats (FDSEA et JA du Rhône).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess