Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus: "On n'achète pas un âne dans un sac", André Chassaigne ne votera pas le plan de déconfinement

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Les groupes d'opposition à l'assemblée réclament un délai pour avoir le temps d'étudier le projet de déconfinement présenté sans concertation préalable ce mardi par le premier ministre. André Chassaigne, président du groupe de la gauche démocrate et républicaine dénonce un simulacre de démocratie.

André Chassaigne au perchoir de l'Assemblée Nationale
André Chassaigne au perchoir de l'Assemblée Nationale © Maxppp - Christophe Morin

André Chassaigne hésite entre sidération et colère. Le député communiste du Puy-de-Dôme dénonce la monopolisation par le gouvernement du plan de déconfinement sans concertation. "Le premier ministre va présenter sa stratégie aux députés , ensuite les représentants des groupes politiques vont intervenir. Mais comme les interventions sont préparées en amont, elles vont être rédigées sans savoir ce que contient le plan de déconfinement. Et après avoir écouté les réponses d'Edouard Philippe il faudra voter! C'est un déficit de démocratie, c'est dingue! Dans ces conditions au vu de la méthode nous voterons contre ce plan, On ne peut quand même pas acheter un âne dans un sac!." Dans un lapsus bien involontaire mais très révélateur, André Chassaigne parle de "délit de démocratie au lieu de déni de démocratie." Tout se fait dit- il, à l'Elysée, le gouvernement est une courroie de transmission et le parlement n'a pas droit à la parole".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Emmanuel Macron directement interpellé par courrier

Ce lundi, les oppositions ont fait fi des clivages politiques, en vidéoconférence les présidents des groupes de droite, à l'exception de LR, de gauche et d'extrême gauche, ont demandé en vain le report du vote au moins à mercredi. Face à ce refus tous les présidents ont adressé un courrier dans ce sens au président de la république par l'intermédiaire du premier ministre. Selon André Chassaigne, ces différentes initiatives pourraient avoir porté leur fruit. Le vote aura bien lieu ce mardi mais"Dans les jours qui viennent un projet de loi devrait être présenté par le gouvernement ce qui permettrait d'amender le plan de déconfinement. Pour le moment on ne connait pas le contenu de ce projet de loi".

L'Assemblée nationale
L'Assemblée nationale © Radio France - Noémie Bonnin

Stratégie de déconfinement dans l'hémicycle

Les cinq chefs de groupe signataires de la lettre au chef de l'état soulignent qu' à partir de mercredi, le gouvernement va consulter les préfets, les élus locaux et les partenaires sociaux sur la stratégie nationale du plan de déconfinement. Ces échanges ont pour but d'enrichir les modalités de ce plan. En clair cela signifie que la veille l'Assemblée nationale ne pourra pas se prononcer sur l'intégralité des solutions envisagées et présentées par le premier ministre. Les parlementaires ont une autre inquiétude liée au timing de cette journée parlementaire qui s'annonce agitée. 

Les députés, certains mêmes parmi la majorité, ont peur que le vote dans la foulée de la déclaration d'Edouard Philippe ne permettent pas d'évoquer en profondeur de nombreuses questions assez complexes en particulier sur la protection de la santé de la population et sur les conditions de la reprise économique. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess