Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : pour Xavier Bertrand, "la semaine qui s'ouvre va être plus dure que les précédentes"

-
Par , , France Bleu Nord

Invité de France Bleu Nord ce mardi, Xavier Bertrand, le président de la région Hauts-de-France, a redit qu'il souhaitait que l'Etat témoigne son soutien à ceux qui travaillent en cette période. Il rappelle l'importance des aides aux soignants et enjoint les banques à aider les entrepreneurs.

Le président de la région Hauts-de-France annonce un soutien sans faille aux entreprises.
Le président de la région Hauts-de-France annonce un soutien sans faille aux entreprises. © Maxppp - Vincent Isore

"Personne ne connaît l'ampleur de la vague." La mise en garde est claire : pour Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France, il faut respecter les règles du confinement ! "Ceux qui bravent le confinement en disant que ça ne leur arrivera pas : non seulement ils se mettent en danger, mais ils mettent aussi en danger ceux qu’ils aiment. Ne circulez pas, vous ne ferez pas circuler ce virus."

Et l'ancien ministre de la Santé de rendre hommage aux soignants : "les moments que nous allons traverser sont des moments très difficiles. Cette épidémie, tant qu'elle n'est pas ralentie, elle contamine nos concitoyens et elle peut les amener, pour les cas les plus graves, en réanimation. Et dans tout ce qui est fait aujourd'hui, franchement, disons-le :  tous les professionnels de santé font un boulot extraordinaire."

Xavier Bertrand : "la semaine qui s'ouvre va être plus dure que les précédentes".

Soutien aux soignants

Xavier Bertrand, au-delà des mots, met aussi en avant les actes qu'il a mené en tant que président de la région. Les transports par TER sont ainsi rendus gratuits pour les soignants, et ceux qui ont besoin d'une voiture peuvent s'en voir mettre à disposition.

Mais plus généralement, le président de région veut aussi venir en aide à la "deuxième ligne : tous ceux qui nous permettent de nous nourrir, qu'on ait de l'électricité, de l'eau, ceux qui enlèvent nos poubelles." Eux aussi bénéficient donc de ces aides aux transports.

Prime de reconnaissance

Xavier Bertrand veut aussi que l'État verse une prime aux travailleurs, il cite l'exemple des hôtes et hôtesses de caisse dans les supermarchés. "Vous leur dites merci, mais ça n'est pas suffisant. Moi je suis convaincu qu'à la sortie de cette épidémie, il faudra dire merci de façon plus concrète avec une prime de reconnaissance." Il s'engage à la mettre en œuvre dans la région si l'État ne le fait pas au niveau national.

Xavier Bertrand : "il faut que les banquiers jouent le jeu !"

Plus généralement, le président de région se veut rassurant aussi pour les entreprises du territoire, et notamment les pêcheurs. "Il faut que les banquiers jouent le jeu ! On doit pouvoir garantir la trésorerie des entreprise pour faire face aux traites et pouvoir redémarrer." Xavier Bertrand rappelle qu'un prêt de 300 millions d'euros a été contracté et affirme recevoir "600 appels" par jour, les premiers dossiers seront d'ailleurs validés cette semaine. Et surtout, il met en garde les banques : "s'il y a une entreprise à qui la banque ne répond pas, je veux le savoir. Si certains ne jouent pas le jeu, je ferai remonter les choses. On est à un moment où il faut se serrer les coudes !"

Enfin, Xavier Bertrand redit son étonnement au fait que dans certaines communes du littoral, certains migrants continuent de se "balader" en ces temps de confinement. "C'est une question de sécurité sanitaire." Lui avait proposé de mettre à disposition des lycées, l'Etat "intervient pour protéger", explique-t-il. "On est en train d'apporter toutes les solutions au nom de la sécurité sanitaire."

Xavier Bertrand : "la question des migrants, c'est une question de sécurité sanitaire".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu