Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Municipales : une campagne inédite pour le deuxième tour le 28 juin

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Le second tour des élections municipales se tiendra le dimanche 28 juin, 15 semaines après le premier tour. Privés de terrain, les candidats vont devoir s'activer dans les médias et sur les réseaux sociaux et tous ne seront pas forcément à l'aise.

Une campagne inédite
Une campagne inédite © Radio France - Olivier Vogel

C'est une campagne étrange, inédite et qui va bousculer toutes les habitudes qui vient de s'ouvrir avec l'annonce de la tenue du second tour des élections municipales le dimanche 28 juin. Finis les meetings, les poignées de mains et les bises sur les marchés. Pour tenter de convaincre les électeurs, les candidats, à défaut de pouvoir s'afficher sur le terrain, vont devoir le faire sur les réseaux sociaux. Et certains seront plus avantagés que d'autres.

Le bénéfice ira à deux catégories de candidats

Pour le politologue strasbourgeois Philippe Breton, deux catégories de candidats pourront tirer bénéfice de cette situation: "ceux qui sont déjà très connus, qui ont déjà une ancienneté, que les électeurs connaissent bien, ou d'autres candidats qui seraient peut-être plus à l'aise avec les réseaux sociaux, non pas institutionnels, mais les réseaux sociaux de fond, ceux qui vont dans les profondeurs de l'électorat".

L'écho d'une campagne nationale

Le politologue est également convaincu que cette campagne sera sans doute plus nationale qu'elle ne l'a été au premier tour, le 15 mars. Il en veut pour preuve les "critiques, polémiques et plaintes qui se multiplient avec l'affaiblissement de l'épidémie de Covid-19".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess