Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : "une super-alerte" pour Guillaume Chevrollier sénateur de la Mayenne

-
Par , France Bleu Mayenne

Dans un communiqué, le sénateur de la Mayenne Guillaume Chevrollier estime que la crise sanitaire du coronavirus est un sérieux rappel à l'ordre pour l'Homme et met encore plus en valeur la nécessité d'agir pour la biodiversité.

Guillaume Chevrollier
Guillaume Chevrollier © Radio France - Gildas Menguy

Au mois de mars, au tout début du confinement, Guillaume Chevrollier a été nommé référent de la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable du Sénat sur les impacts de la crise sur les secteurs de l’eau et de la biodiversité. C'est dans ce cadre, que l'homme politique formule quelques recommandations et des orientations. 

D'après Guillaume Chevrollier, la crise sanitaire actuelle est une "super-alerte des conséquences que peuvent avoir l’impact des activités humaines sur la biodiversité. Il est urgent de retrouver un équilibre homme/nature pour prévenir les pandémies zoonotiques".

Pour le sénateur mayennais, il est grand temps de prendre certaines mesures concrètes pour favoriser la biodiversité. Concernant l'eau par exemple, en soutenant les collectivités territoriales et entreprises les entreprises du secteur "_pour renouveler les canalisations, améliorer la qualité de l’eau et préserver la ressource_. À l’heure actuelle, le secteur consent 6 milliards d’euros d’investissements par an mais il faudrait porter ce niveau à 8 à 10 milliards d’euros par an" poursuit Guillaume Chevrollier. 

Il propose également d’augmenter les moyens budgétaires et humains consacrés à la lutte contre le trafic illicite d’espèces protégées, "4ème trafic mondial !"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess