Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Corse : 2M€ pour l’acquisition d’une parcelle sur l’île de Cavallo

vendredi 26 octobre 2018 à 8:07 Par Patrick Rossi et Maxime Becmeur, France Bleu RCFM

La collectivité de Corse va débourser 2M€ pour acquérir une parcelle sur l’île de Cavallo. L’assemblée de Corse s’est prononcée favorablement pour cet investissement, néanmoins critiqué par l’opposition.

2M€ pour l’acquisition d’une parcelle sur l’île de Cavallo
2M€ pour l’acquisition d’une parcelle sur l’île de Cavallo © Maxppp -

Corse, France

« L'île de Cavallo ne sera plus un territoire de non-droit et de spéculation ». Ces mots sont ceux prononcés à l’assemblée de Corse par Gilles Simeoni, le président de l'Exécutif, après l'adoption d'une décision d'acquisition par voie de préemption d'une parcelle de l'île de Cavallo. Cette parcelle de trois hectares suscite depuis quelque temps l'indignation des nationalistes en raison de son occupation illégale par un restaurateur. Ce droit de préemption pourra se faire au titre des espaces naturels sensibles pour un montant de 2 M€. Une satisfaction, un acte symbolique, estime Gilles Simeoni, le président du conseil exécutif de la collectivité de Corse. 

Gilles Simeoni : « L'île de Cavallo ne sera plus un territoire de non-droit et de spéculation »

Mais cette démarche n'était pas du tout du goût de Jean-Charles Orsucci. Selon le président du groupe « Andà Per Dumane » à l’assemblée de Corse et maire de Bonifacio, il y a d'abord un problème de méthode vis-à-vis de la mairie de Bonifacio. Et puis il y a une question sur le sens des priorités. « Ces 2 millions d'euros pouvaient servir à d'autre chose » a indiqué Jean-Charles Orsucci.

Jean-Charles Orsucci : « Ces 2 millions d'euros pouvaient servir à d'autre chose »